Samifati et son EP Chaï : électro chill aux influences ethniques

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

SAMIFATI a tout pour séduire : un violon comme instrument central d'un projet musical qui s'accorde à merveille avec les sonorités électro chill du projet. Un univers visuel et esthétique qui surprennent et fascinent...
Sur scène, SAMIFATI et le vidéaste Axel Vanlerberghe proposent un voyage à la croisée des sens où chaque élément vise à illustrer l’univers du projet grâce à sa scénographie. SAMIFATI
 se vit comme une expérience musicale qui titille tous nos sens, une ambition artistique affichée qui donne envie de tendre l'oreille...
Rencontre avec SAMIFATI, artiste généreux et passionné qui souhaite avant tout créer du lien et un partage réel avec le public.

Dernier Live de l'année Samedi 19 décembre - Le VIP à Saint-Nazaire
pour la Carte Blanche de 20syl (C2CHocus Pocus)
> SAMIFATI aux côtés de Jumo et Abraham Fogg (MOONGAI) <
EVENEMENT FACEBOOK



Pouvez-vous vous présenter ?
Comment êtes vous arrivé à la musique et de quelle manière votre formation classique a-t-elle influencée votre projet ? 
Je suis baigné de musique depuis que je suis né, mon père est aussi musicien. À force de le voir dans sur scène et en studio, j’ai eu envie très tôt de faire la même chose ! J’ai demandé à mes parents de faire de la batterie, mais mon père a refusé parce que, je cite, « Une batterie, c’est gros, il faut une voiture pour aller au concert, c’est long à installer et à ranger ». Pas si contrarié que ça, j’ai fini par choisir quelque chose de plus petit : un violon ! J’ai appris le violon à partir de l’âge de 6 ans au Conservatoire de Lorient en Bretagne. Ma formation classique influe chaque jour mon projet que ce soit dans la manière de composer et de travailler ma musique. J’utilise assez peu de samples au final, je joue et compose la quasi-totalité des éléments de mes morceaux avec mes instruments.


© Samifati


De quelle manière jonglez-vous entre la musique électronique et le violon ?
Je passe assez facilement de l’un à l’autre lorsque je compose. Parfois, c’est un gimmick de violon qui va m’inspirer une grosse basse électronique, ou à l’inverse la partie électronique va me suggérer telle émotion ou sentiment que je vais ensuite retranscrire au violon.


© Samifati - Crédit photo : Manuel Lerroux


Que signifie le nom de votre projet ?
Le nom du projet est en fait une contraction de mon prénom et de mon nom de famille tronqué d’une lettre. J’ai longtemps chercher un nom d’artiste un peu cool, mais j’ai rien trouver de concluant. Au final, j’ai choisi SAMIFATI. Je trouvais cool le fait que les gens qui ne me connaissent pas personnellement voit ce mot comme un nom inventé ou signifiant quelque chose.


© Samifati - Gunpowder 


Votre logo représente l'ouïe du violon. De quelle manière avez-vous construit cette identité visuelle ?
De la même façon que pour le nom du projet, l’ouïe s’est imposée pour représenter le projet car le violon est l’élément central de ma musique. Le violon est l’instrument que me caractérise. 


© Samifati 


On retrouve dans votre univers musical de nombreuses influences (orientales, asiatiques...).

Pouvez-vous nous éclairer sur votre processus de création ?
J’écoute énormément de musiques traditionnelles de tout horizons. Cela m’inspire beaucoup. Certaines mélodies ont traversé les siècles et ont muté à la rencontre d’autre culture. Ce qui me passionne, c’est de voir les ponts qu’il peut y avoir entre des musiques qui se sont développé à des dizaines de milliers de kilomètres. Le côté transe de certaines musiques tribales me scotchent aussi. Au final, la musique électronique peut aussi avoir cet aspect proche de la transe.



© Samifati - Lome


Etes-vous inspiré ou influencé par d'autres artistes, courants artistiques ?
Bonobo m’a beaucoup inspiré il y a quelques années, aujourd’hui je m’en suis un peu détaché mais ça reste une grosse claque musicale. J’aime beaucoup les styles qui se développent depuis quelques années avec des artistes comme Kaytranada, Flume, Cashemere Cat et qui ont donné naissance à une scène Future Rn’b, Future House…


© Samifati - Crédit photo : Cama Chereau


Le voyage ou l'idée même de voyager influence-t-il votre musique ?
J’adore voyager, je voyage dès que possible. Cela me permet de me confronter à d’autres cultures, d’autres façon de voir la musique et la vie en général. C’est aussi l’occasion d’aller fouiner les bacs de vinyls et revenir avec des petites pépites de musiques traditionnelles.


© Samifati - Quelque chose


Comment s'est construit votre premier EP "Chaï" ? 
Quelle est la genèse du titre, et que raconte cet opus ?
J’ai composé cet EP en l’espace de 2 mois durant lesquels j’ai beaucoup produit. J’ai dû faire une trentaine de maquettes allant du brouillon sans intérêt au morceau terminé. Au final, j’ai choisi 4 titres qui fonctionnait bien ensemble tout en étant relativement différents. « Chaï » signifie « Thé ». C’est une des deux grandes façon de dire Thé dans le monde. Il y l’étymologie « Té » qui a donné Thé, tea en anglais. Et il y a Chaï qui a donné beaucoup plus de langue dont l’arabe, l’hindi, le bulgare…
Je cherchais une notion qui pourrait rassembler les différentes cultures qui m’ont inspiré pour cet EP et le thé est une boisson que l’on retrouve dans la majorité des cultures, contrairement au café par exemple. Ensuite, chaque titre du EP à un nom de thé ou d’infusion.


© Samifati - Chaï


© Samifati - Jasmin


Vous êtes accompagné dans vos productions audiovisuelles par Axel Vanlerberghe - vidéaste de talent. 
De quelle manière s'est faite la rencontre entre vous ?

Comment vos deux univers et compétences artistiques se retrouvent-t-ils au sein de votre projet ?
Cela fait maintenant 5 ans que nous nous connaissons, nous nous sommes rencontré dans un festival où j’ai joué avec mon premier groupe. Et depuis nous avons travaillé sur d’autres projets avant de lancer SAMIFATI.
Axel fait entièrement parti du projet, il me donne un avis sur les morceaux que je compose et me suggère aussi des idées musicales en fonction des images qui peuvent lui venir en tête. Ensuite, on écrit ensemble les clips qu’Axel réalise. Travailler à la création d’images m’intéresse beaucoup !


© Samifati 


Votre clip Lotus, réalisé avec Axel Vanlerberghe a été tourné dans une réserve d'eau a plus de 20 mètres sous terre. 
Qui a eu l'idée du scénario ?
Comment s'est passée la réalisation/tournage de ce clip ?  
J’ai découvert ce lieu à Lorient lorsque j’étais encore au lycée et j’ai directement été séduit par cet endroit presque religieux de par son architecture. Je me suis toujours dit que je voulais faire quelque chose là bas.
Nous avons demandé les autorisations auprès de la ville de Lorient qui a accueilli le projet avec beaucoup de bienveillance. Nous avons dû descendre tout le matériel à 20m sous terre, il faisait hyper froid, c’était en Décembre ! Le lendemain, toute l’équipe était malade, mais ça reste un super souvenir ! 


© Samifati - Lotus


Comment se passe vos lives ? 
Que souhaitez-vous transmettre à votre public ?
Sur scène je suis accompagné par Axel qui joue en direct les animations vidéos qu’il crée en amont. L’idée est de proposer un set qui est autant musical que visuel.
On veut créer un souvenir dans la tête de notre public, ça passe par l’image mais aussi par la relation que l’on peut créer sur scène avec les gens. 


© Samifati 


Avez-vous un souvenir marquant d'un de vos concerts ?
On a joué il y a quelques semaine à Rabat au Maroc pour le Festival Visa For Music. Personne ne nous connaissait mais le public était à fond tous le concert !! On a beaucoup de chance de pouvoir voyager pour faire découvrir notre projet.
 


© Samifati - Workers 


Mathieu Gibert connu sous le nom de Mr Gib, membre du collectif de la Fine Equipe a mixé cet EP. 

Comment s'est passée cette collaboration ? 
Y'a-t-il eu des interactions entre votre univers et celui de La Fine Equipe ?
Je connaissais le travail de MrGib et ce qui sortait du OneTwoPassIt Studio. Lorsque j’ai terminé cet EP, j’ai eu envie d’avoir le gros son que Mathieu sait faire. Son mix de l’album de Guts m’avait beaucoup plus !
Je connais un peu les autres membres de la Fine Équipe, on se croise de temps en temps, j’aime beaucoup leur façon de produire, le travail qu’ils font sur les samples, leur live est vraiment cool avec le côté visuel qu’ils ont travaillé ! Ils font clairement parti de nos modèles.


© Samifati - Rose


Quels sont vos projets, actualités à venir ?  
Aujourd’hui je travaille sur mon deuxième EP et nous avons plusieurs voyages à l’étranger début 2016 pour aller chercher de la matière sonore et visuelle, mais on ne peut pas encore en parler précisément.




RETROUVEZ SAMIFATI SUR : 


PAGE ARTIST'UP
SITE WEB
FACEBOOK

  • Elina Tarade
    (Owner)
    • 2015-12-17 12:05:30
    • 1,511 views
  • Tags - #électro #musique #violon #Samifati
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI