Les créations engagées et sans équivoque d'EZK Street Art !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Lorsqu'on tombe au hasard d'une rue sur l'une des créations d'EZK Street Art, le message est percutant, comme si l'enfant semblait nous demander "Et toi ?". Depuis près de quatre ans l'artiste appose sur les murs des images sans équivoque, accompagnées de phrases choc - transformant ainsi la rue en un espace de réflexion
C'est sans prétention et avec une simple envie de questionner qu'EZK créé des oeuvres frappantes et symboliques... qui osent.
EZK définit l'art urbain comme l'effet de surprise, le rire, l'étonnement, l'émotion... Pari réussi pour son univers créatif né à partir de bombes aérosols, avec des images qui nous interpellent.

Ce qui est sûr, c'est qu'on est du côté de l'art et de la culture qui sensibilise, touche et fait réfléchir !



© EZK Street Art - Art Against Poverty


Pouvez vous nous parler de votre parcours et de la naissance de votre première série "Art Wars" ?

Qu'est ce qui vous a amené à vous exprimer dans la rue ?
J'ai toujours fait ça étant petit, je dessinais déjà beaucoup sur les murs. J'ai fait un bac littéraire option arts plastiques, puis un Deug en Histoire de l'art suivi d'une formation en communication des entreprises... Je n'ai jamais pris de cours de dessin. Puis je me suis lancé dans la vie active en travaillant dans le btp, ce que je fais toujours. J'ai deux vies finalement, une la journée où je travaille dans le btp et une la nuit où je travaille avec les bombes aérosols.
Je n’ai pas eu vraiment de déclic concernant mon expression dans la rue. C'est parti de ma série "Art Wars" où je voyais les types qui pour poser se "disputaient" les murs de Paris pour savoir qui en aura le plus. Ca m'a fait penser à une guerre et c'est comme ça que j'ai lancé les petits bonhommes de Stormtrooper de Star Wars !


© EZK Street Art - Art Wars
© EZK Street Art - Art Wars


Artiste engagé, vos oeuvres interpellent et peuvent, par leur message participer à un questionnement collectif.

Comment votre série "Art Against Poverty" et notamment l'idée de détourner les grandes marques vous est-t-elle venue ?
Quelles réactions ou émotions souhaitez-vous "provoquer" chez les passants ?
Quel est votre moteur personnel pour créer ?
La première idée pour la série "Art Against Poverty" est venue devant un poste de télévision à NY. Je regardais une émission qui s'appelle No Comment sur Euronews. Le principe : une caméra posée pendant une minute à un endroit dans le monde, sans commentaire off. On y voyait des enfants en Afrique à 4 pattes cherchant des fourmis à manger... une minute très éprouvante donc où tu sentais véritablement la misère et la souffrance. A la fin de l'émission c'était écrit "ce programme vous est présenté par Vuitton" avec évidemment une séquence pub très bling bling, un mec qui descend d'un jet privé etc. Y'avait un tel décalage entre les deux séquences que je me suis dit qu'il y avait quelque chose à faire...!
Mon moyen d'expression passe par l'indignation, la révolte. Cet acte pourrait représenter mon propre bulletin de vote.
Plus qu'une réaction ou une émotion, j'essaye simplement de mettre un questionnement en route. En mettant la pauvreté extrême face à la richesse totale, je souhaite faire réfléchir sur le positionnement de chacun par rapport à cette échelle. Ou est-ce que chacun se situe ou aimerait se situer...


© EZK Street Art - Art Against Poverty


Comment s'effectue le choix des lieux pour vos oeuvres ?

Préférez vous le jour ou la nuit pour la pose de celles-ci ? Seul ou accompagné ?
Dans le choix des lieux, j'ai mon côté publicitaire qui ressort. J'essaye d'être le plus vu possible et si tu choisis la gare du Nord à Paris t'es assuré d'une grande visibilité. Si tu es bien placé et visible de tous, tu touches une plus grande part de personnes ! Comme une entreprise qui essaye de vendre ses produits bin moi j'essaye de "vendre" mes idées. Cette série représente vraiment le carrefour de mon parcours artistique et publicitaire.
Je n’ai pas de préférence particulière pour la pose. Je préfère le faire seul, les "groupes de surveilleurs" pas trop mon truc... Je ne sais jamais d'avance où je vais poser. Je me balade et dès que je trouve un lieu attirant et passant je m'y arrête. J'aime l'adrénaline qui s'en dégage !


© EZK Street Art - Art Against Poverty
© EZK Street Art - Art Against Poverty


Vous avez marqué les murs de Paris, Bordeaux, Nantes...

Avez-vous d'autres destinations en tête et/ou qui vous tiennent particulièrement à coeur ?
J'aimerais bien aller sur Marseille, y'a pas mal de gars qui s'expriment aussi avec les bombes et puis c'est une ville qui regroupe un certain nombre de types de pauvreté.
Sinon j'ai fait NY, Amsterdam Bruxelles... J'aimerais beaucoup poser à Hong-Kong, Moscou, Berlin !


© EZK Street Art - Art Against Poverty
© EZK Street Art - Art Against Poverty


Pouvez-vous nous parler de votre processus créatif et des techniques utilisées ?

Aimeriez-vous expérimenter d'autres supports ou médiums par la suite ?
Je cherche d'abord des photos sur Internet. En général, j'ai la photo en tête de ce que je veux, je cherche des exemples. Je ne travaille pas avec un ordi, j'utilise uniquement un bistouri et ma grande feuille de papier. Je redessine et je découpe. Je travaille principalement en N&B. Mon support principal c'est les murs de la ville parce que c'est le coeur de mon message et travail.
A côté j'ai pas mal de commandes qui me demandent de travailler sur des supports différents. J'ai fait des portes de voiture, des toiles, et même de vrais sacs Vuitton...


© EZK Street Art - Art Against Poverty
© EZK Street Art - Art Against Poverty
© EZK Street Art - Art Against Poverty


Avez-vous déjà pensé à collaborer avec d'autres artistes d'art urbain, ou d'autres disciplines pour créer une oeuvre collective ?
Je suis sur un créneau peu représenté dans le street art, sauf avec des gars comme Banksy avec qui je ne collaborerai juste jamais. Mais y'a quand même quelques gars comme Gregos avec qui j'ai des contacts, puis avec Nasty aussi. Ce sont les seuls avec qui j'ai des relations pour le moment...


© EZK Street Art - Art Against Poverty


Quels sont vos projets, actualités à venir ?
De pouvoir continuer de faire ce que je fais librement ! Pouvoir aborder les sujets que je veux sans être censuré ! Garder ma liberté !

© EZK Street Art - Art Against Poverty



RETROUVEZ EZK STREET ART : 

INSTAGRAM
  • Elina Tarade
    (Owner)
    • 2015-12-10 16:24:41
    • 11,771 views
  • Tags - #art #paris #street art #artiste #banksy #urban #afrique #engagement #pochoir #gregos #EZK Street art #Vuitton #poverty #symbole
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI