POMME est "En Cavale" avec son premier EP! Interview…

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

A 19 ans, Pomme a déjà l'impression d'avoir vécu (presque) tous ses rêves. C'est pourtant bien le début de sa carrière qui est marquée par la sortie de ce premier EP "En Cavale". 4 titres composés par Pomme et par d'autres artistes ; 4 titres à l'univers country folk aux influences fraîchement puisées lors de ses escapades au Québec. D'abord violoncelliste, la jeune lyonnaise a commencé par les petites scènes avant de se retrouver en première partie d'Angus et Julia Stone ou encore de Vianney… Ses icônes sont les chanteuses de country américaine ayant un vécu, une histoire à partager et Pomme aime ça, partager ses histoires, les mettre en lumière ou en musique. Un premier album est d'ailleurs prévu mais rien ne presse, Pomme veut avant tout prendre son temps pour faire les choses comme elle l'entend… 
Rencontre enrichissante et boisée avec une des artistes de la nouvelle french pop à suivre absolument…!



En Cavale disponible sur iTunes !

 

Après avoir débuté dans les petites salles lyonnaises, tu as fait beaucoup de premières parties (Angus & Julia Stone, Yael Naïm, Vianney…) qu'est-ce que ces différentes expériences t'ont apportées et continuent de t'apporter ?

C'est assez incroyable les premières parties, c'est quand même de grosses opportunités parce que ce sont souvent des publics qui sont conséquents et que je n'amènerai jamais avec mon projet seul. Ça s'est toujours bien passé même si j'ai toujours un peu peur. Ce sont souvent des rencontres humaines avec les artistes qui sont aussi incroyables. Je ne sais pas si j'ai de la chance ou si ça se passe comme ça pour tout le monde, mais en tous cas moi ça m'apporte beaucoup humainement et aussi en terme d'expériences artistiques et de la scène. Ce n'est que du positif pour moi.

 


© Lucia Sassiat

 

"En Cavale" est sorti au début du mois, pour toi qu'est-ce qu'il représente ? Un aboutissement ? Un début de carrière ?

J'avais déjà autoproduit un EP en 2012. J'avais créé les arrangements etc… j'avais 14 ans! J'avais d'ailleurs enregistré à Lyon. Ce n'était pas du tout la même envergure, ce n'était pas le même projet. C'était l'embryon du projet d'aujourd'hui disons. Du coup, c'est très cool, je suis très contente de pouvoir sortir ce disque et d'avoir ces aussi bons retours.
C'est vrai que j'ai fait un peu mon petit bonhomme de chemin avec différents trucs, j'ai notamment fait beaucoup de concerts et ça m'a permis de rouler ma bosse et d'arriver avec cet EP en en étant contente. Je trouve que c'est une opportunité de pouvoir le sortir un peu plus publiquement que le premier, avec une plus grande audience, même si c'est le début. Il y a une chanson que j'ai écrite et composée qui est « j'suis pas dupe » et qui est très importante pour moi. Je suis très contente d'avoir pu collaborer avec tous ces gens. Je n'ai pas de rancoeur, ça se passe plutôt bien pour l'instant.
Je disais l'autre jour, que si mon projet devait s'arrêter pour X raison, j'aurai l'impression d'avoir vécu un peu tout ce que j'avais envie de vivre il y a 4 ans quand j'ai sorti ma première démo. Mais les gens m'ont dit que je ne pouvais pas dire ça à 19 ans ! C'est le début de mon histoire, de ma vie mais même tout ce que j'avais envie de vivre, je l'ai déjà vécu, donc tout ce qui va se passer maintenant, ça va être du bonus !

 

 

Tu as justement travaillé avec Vianney pour la composition de cet EP, comment s'est passé ce travail là, dans sa globalité, que ce soit avec Vianney ou d'autres auteurs compositeurs ?

En fait, quand j'ai rencontré mon directeur artistique, la personne qui s'occupe de tout ce qui est artistique dans mon projet, on a réfléchi ensemble à des possibilités de collaboration avec des auteurs/compositeurs et c'est lui qui m'a fait découvrir Vianney. Je ne connaissais pas et il m'en a parlé vraiment au tout début du projet de Vianney. Il n'avait pas encore sorti de clip, il n'avait qu'une chanson (« je te déteste ») avec juste une image sur Youtube. Il y a des collaborations qui n'ont pas donné grand chose et d'autres qui ont porté leurs fruits. Souvent je rencontre les auteur/compositeurs, des fois ils m'envoient des mails sans qu'on se rencontre. Moi je préfère toujours rencontrer les gens, j'aime bien aller boire des cafés etc… C'est ce qu'il s'est passé avec Vianney, on a parlé 2h et lui, il a extirpé une anecdote dans tout ce qu'on s'est raconté pour écrire la chanson. Mais j'aime bien les rencontres humaines même s'il y a parfois des gens qui m'ont envoyé des chansons par mail et qui sont super mais c'est vrai que c'est toujours un peu bizarre… 

INTERVIEW DE VIANNEY SUR ARTIST'UP
 



© Lucia Sassiat

 

Tu as fait toute une série de mini clip pour les 4 titres de ce premier EP, pour quelle raison ?

Tout bêtement parce que j'ai envie de réellement réfléchir à mon premier clip, d'écrire un scénario, j'ai vraiment envie de participer et même plus, j'ai envie de créer tout ce qui va tourner autour du clip. Pour ça, j'ai besoin de temps.
Là on a plutôt donné aux gens ce qui existait. En fait, on a voulu leur donner les chansons sur Youtube, avec des images parce que c'est toujours plus agréable. Mais on n'a pas encore beaucoup réfléchi à des scénarios. Je voulais juste que les gens aient accès à ma musique sur Youtube gratuitement et qu'il y ait des images qui correspondent à ce que je suis et à mon univers. C'est comme des petites cartes de visite.

 


 

Tu es très active sur Instagram. C'est aussi une façon de mettre en avant cet univers visuel ?

Oui! J'adore globalement tous les réseaux sociaux, mais je trouve qu'Instagram c'est particulièrement chouette. Sur Instagram, c'est facile de fantasmer des choses, d'inventer des choses et de rendre la réalité plus belle. Je pense que ça peut être négatif et ça peut aussi être cool. Sur Instagram, j'aime bien mettre des photos du quotidien et mettre des légendes un peu rigolotes. Je trouve qu'on n'a pas besoin de raconter sa vie, d'aller dans les détails. Souvent, les photos parlent d'elles-même donc je trouve ça cool de communiquer comme ça avec les gens directement avec les photos. Je trouve ça plus léger que Facebook, c'est plus divertissant. J'ai envie que les gens trouvent ça rigolo, qu'ils sourient en regardant les photos et que ce ne soit pas une prise de tête quoi.

 



© Lucia Sassiat

  

Le Québec est un lieu qui a l'air de beaucoup te tenir à cœur, pour quelles raisons ? Tu t'y es sentie bien ?

Etonnamment, c'est vrai que je m'y suis extrêmement bien sentie. J'y suis allée pour la première fois en novembre dernier et je m'y suis très bien sentie... J'aurais pu avoir une espèce de désillusion parce que je me suis quand même fait un mythe autour du Québec depuis un certain temps. J'ai écouté beaucoup d'artistes québécois depuis la fin du collège. Cœur de pirate a été un épicentre pour découvrir d'autres artistes. Donc je suis allée fouiller sur son label (Grosse Boîte), pour savoir quels artistes sortaient des disques aussi. J'ai découvert beaucoup d'artistes comme ça.
Quand j'y suis allée en novembre, c'était particulier. C'était juste après les attentats donc je crois que tout ce que je vivais, je le recevais extrêmement bien en fait. C'était un contexte spécial, les gens étaient extrêmement bienveillants et j'ai eu beaucoup d'attention. Même au niveau des paysages, de la mentalité des gens, de l'accueil que j'ai reçu musicalement c'était incroyable. Je trouve qu'ils ont quand même une culture de la langue française qu'ils essayent de préserver. Les chansons en français sont très bien reçues là bas. C'est vraiment valorisé. Musicalement ils ont aussi une tradition de la folk et de la country, c'est l'Amérique donc c'est vrai que c'est proche de mes influences. C'est un peu la musique idéale pour moi parce que ces influences sont américaines mais avec la langue française. Je me retrouve donc là dedans.

 

 

 

Aujourd'hui, on assiste à un vrai essor de la french pop et notamment avec une scène parisienne très riche (Alma Forrer, Cléa Vincent etc…) - ce sont des artistes que tu apprécies ?

Oui bien sûr, Cléa a eu récemment une carte blanche aux 3 Baudets. Elle, elle fait ça sur des thématiques d'années, elle a déjà fait ça sur les 60's, les 70's et là, elle a fait ça sur l'année 1983. On devait tous chanter une chanson qui était sortie cette année là. Je m'entends bien avec elle. Cléa est hyper authentique, vraie, elle a un espèce de truc très enfantin mais qui est extraordinaire parce qu'elle a une fraîcheur. On dirait qu'elle a une vision des choses très enfantine mais positive. Elle est assez émerveillée, elle est hyper intelligente. Elle comprend vite les choses, du coup je m'entends bien avec elle.
Vianney aussi, Alma Forrer aussi. Avec Alma, on a collaboré sur une chanson qui s'appelle « Je t'emmènerai bien ». On l'a revisité ensemble textuellement parlant. Cléa et Alma ce sont des projets plutôt parisiens, ils fonctionnent bien sur Paris mais Vianney, c'est un peu le projet national. Mais les 3 sont dans un truc de chanson française, dans 3 styles différents.
C'est super parce que c'était pas dit que la scène française allait perdurer et que ça allait être valorisé. Mais en fait il y a tout un réseau qui est énorme, et qui n'est même pas un réseau indépendant. La scène française elle existe et elle existe sous différentes formes. Cléa par exemple, elle fait un peu d'electro, Alma c'est très acoustique,Vianney c'est plus pop, donc c'est rassurant de voir ça. Et plein de gens cultivent ça et veulent que ça perdure donc c'est cool.

 

 

Après cet EP quels sont tes projets ? Un premier album ?

Bien sûr, on a sorti l'EP il y a un mois donc on va travailler sur l'EP, on va faire en sorte qu'il y ait encore plus de gens qui l'écoutent. On fait un peu de promo en ce moment, mais c'est un peu le début. Cet EP c'est quand même le fruit de 4 ans de maturation, moi j'ai commencé les concerts à 14/15 ans et là je le sors à 19 ans. J'ai presque envie de le défendre comme un album en fait.
L'album va arriver c'est sûr mais je ne sais pas trop quand. J'aimerais bien être contente de mon album et faire un truc qui me ressemble vraiment et je pense que j'ai besoin de temps pour ça. Je fais beaucoup de choses en même temps et j'ai envie d'écrire des chansons et de pouvoir proposer des chansons que j'ai écrites et composé plus que sur l'EP. J'ai besoin de temps pour ça.
Je pense que dans l'idéal, la communauté avec qui je travaille aimerait bien que ce soit à l'automne 2016, mais je crois que j'ai envie de prendre un peu plus de temps. Ça va se jouer entre l'automne 2016 et l'hiver 2017. ce qui compte pour moi c'est que ça me ressemble, que ce soit écrit par d'autres ou écrit par moi. Qu'il y ait entre 12 et 14 chansons et que je les aime profondément. Comme en parallèle je suis beaucoup en concert, c'est vrai que ça prend du temps. Mais les gens comprennent. Ils sont bienveillants donc je ne me mets pas trop la pression.

 

En Cavale disponible sur iTunes !


RETROUVEZ POMME SUR :

INSTAGRAM
FACEBOOK
TWITTER
YOUTUBE


POMME EN CONCERT :
29.02 • Les Trois Baudets Paris
25.05 • Le Pax Saint-Etienne

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2016-01-28 19:35:07
    • 5,896 views
  • Tags - #pop #folk #country #vianney #cléa vincent #pomme #premier EP #en cavale #j'suis pas dupe #en français #alma forrer
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI