"X or Y", un 2ème album poétique et tonique de CAPTAIN KID !

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

L'auteur de "We And I" défend actuellement son 2ème album "X or Y". Encore un magnifique exercice de style pour Sébastien Sigault qui manie aussi bien la pop façon Blur ("Don't" ou "Sun one") que les ballades accoustiques comme "Saturn's Eye". Alors que Captain Kid avait destiné le morceau "We & I" à sa femme, "X or Y" pourrait être le signe d'une future projéniture… En attendant, Captain Kid, dont le nom fait lui-même référence à l'enfance, affiche une vraie maîtrise de son art.
Sébastien Sigault décrit lui-même les deux années de préparation de cet album comme les deux années les plus belles années de sa vie. En ressort cette spontanéité, ces sonorités si primitives, si essentielles… L'essence même d'une musique qui se veut libre ! 

Nous avons pu disctuer quelques minutes avec Sébastien qui s'apprête à ouvrir pour Mickey 3D. Rendez-vous notamment au Trianon le 15 avril et le 17 mai au Divan du monde pour une magnifique soirée en compagnie de Martin Stahl et d'Arsy

 


"X or Y" disponible sur iTunes

 

Ton dernier album est très authentique dans sa production, très 70's, est-ce comme cela que tu as vu les choses lors de la composition de ce disque ?

On peut sans doute faire ce constat au final après l'écoute et une fois l'album terminé mais au départ, je n'avais pas une idée pré-conçue du résultat final. J'étais certain de la méthode de travail à adopter, à savoir travailler dans mon propre studio, ce qui me permet d'avoir le temps d'expérimenter plein de choses et ensuite en faisant venir au grès de mes besoins journaliers un jour un batteur, un jour un bassiste, un guitariste, un clavier, des cuivres etc… et d'agencer les arrangements au fur et à mesure des jours qui filaient. Dans cette méthode, on se trompe beaucoup finalement, on revient en arrière, il y a des journées où on jette tout ce qu'on a enregistré… Petit à petit il fallait trouver le fil du morceau et l'arrangement le plus propre. Je ne me suis pas dit « je vais faire un album 70's », c'est venu comme ça et je ne me suis rien interdit. L'album aborde plusieurs styles et je ne me suis jamais dit « tel morceau doit être dans ce jus là… ». J'espère qu'au final ça fonctionne quand même, qu'il y a une cohérence et une homogénéité quelque part dans l'album.

 

 

 

Dans quelles conditions as-tu enregistré cet album ? Uniquement dans ton studio ?

Certains éléments ont été enregistrés dans des conditions royales, dans les meilleurs studios avec les meilleurs musiciens, le meilleur matériel etc… et d'un autre côté il y a aussi plein de prises un peu faites à l'arrache, enregistrées moi-même avec quand même des bons instruments et du matériel potable mais il y a vraiment ces deux aspects. Le côté un peu bricolé, ça c'est quand je travaille tout seul et aussi pour les prises de batterie par exemple, de bonnes conditions car c'est très dur à enregistrer, ça nécessite beaucoup de métier. J'ai réussi à faire ma petite tambouille de mon côté, j'ai fait jouer plein de gens dessus, plein de potes, plein de musiciens super talentueux et au final, ça se tient.

 

© Sylvain Gripoix

 

Justement, est-ce que tu exploites ton talent de songwritter pour écrire pour les autres ?

Non, ça n'est jamais arrivé mais c'est un exercice qui me plairait beaucoup je crois. Après, j'ai toujours été assez lent pour écrire, pour arranger, j'ai toujours eu besoin de prendre mon temps. Du coup je n'ai pas vraiment eu l'occasion, je n'aurai pas eu le temps de le faire et maintenant que l'album est terminé, je ne m'arrête pas de travailler, je suis déjà en train d'enregistrer le prochain mais j'aimerais bien essayer oui. J'aimerais beaucoup essayer d'écrire en français pour les autres. On me demande souvent « pourquoi tu n'écris pas en français ? », j'ai rien contre le français. C'est un exercice qui doit être intéressant, c'est se plier dans l'univers de quelqu'un et tailler quelque-chose sur mesure donc je suis sûr que c'est passionnant oui.

 

© Sylvain Gripoix

 

Est-ce que ça te plairait d'être musicien pour un autre artiste, un musicien de backing band ?

Ça je ne suis pas sûr. Je respecte tellement les musiciens et notamment ceux avec qui je joue en général. Je pense que je n'ai pas le niveau en fait, moi mon cœur de métier, c'est songwritter ou écrire des arrangements, bidouiller des trucs, jouer de plein d'instruments mais savoir bien jouer d'un seul non. Franchement je n'ai pas le niveau, quand je fais de la musique, c'est pour écrire des chansons, c'est ça que je sais faire, ensuite, je laisse ça aux musiciens de métier. Non pas que je ne me considère pas comme un musicien mais je trouve que c'est une branche à part du musicien.

 

© Sylvain Gripoix

 

Tu as fondé ton propre label dans lequel tu as aussi sorti des disques pour les projets de tes musiciens, pourquoi avoir fondé ce label ? Peux-tu me parler de ces différentes sorties d'album ?

Au départ, c'était un label qui avait pour vocation de produire mon premier album, et ensuite on allait voir où ça conduirait… Les choses s'étant passées pas trop mal, on avait un peu de sous à investir. On a donc essayé de développer d'autres projets avec des succès un peu mitigés parfois. Un projet dont on est très fier, c'est le projet de mon guitariste, Scott of the Antarctic. On réfléchit en ce moment à quel avenir on va donner à ce projet là. C'est un super chanteur, super musicien, qui en dehors de jouer avec moi joue avec plein de monde. Il a aussi un nouveau groupe qui s'appelle Canari. Mais c'est un peu en stand by, je voulais me diversifier par amour de la musique mais c'est quand même très difficile. Je me suis sans doute un peu éparpillé en essayant de faire trop de choses, maintenant j'ai vraiment envie de me concentrer sur mon projet à moi, et comme tu le suggérais dans une autre question, essayer d'écrire pour les autres.

 

 

Le métier de producteur était peut-être un peu trop prenant… ?

Oui, si on veut le faire bien, ça demande un temps fou et d'autre part, je crois de moins en moins aux labels. Je pense que c'est trop dur à faire vivre. Quand j'ai fait des disques avec ce label, je l'ai fait pour faire le plus bel objet possible, le plus bel album possible et essayer d'en vendre. Aujourd'hui, ce qui motive les musiciens de faire de la musique, c'est plutôt les synchros, trouver des pubs… l'objet disque en lui-même est moins pertinent. Moi ce qui m'intéresse, c'est de faire des disques.

 

© Sylvain Gripoix

 

Tu penses que même avec le retour du vinyle, qui est LE bel objet par excellence ?

Le vinyle c'est super, je m'y suis mis il y a quelques années. D'ailleurs c'est le premier album avec ce label qu'on sort en vinyle, et je le trouve très réussi, très beau. Il est bleu, je suis très content du visuel et du rendu du truc. Je fais des disques pour pouvoir sortir un vinyle, mais c'est quand même un business difficile même s'il y a un petit regain pour le vinyle. Ça reste dans des proportions très marginales. Vouloir vendre des disques et que ce soit rentable, je pense que si on veut gagner de l'argent, faut faire un autre métier. Pas de bol, je ne sais faire que celui-là…(rires).

 

© Sylvain Gripoix

 

Nous avons vu beaucoup de sessions acoustiques, notamment pour ton premier album, est-ce que tu aurais un endroit rêvé pour une session acoustique de Captain Kid ?

Voyons-voir… Je rêverai de faire un truc dans la forêt, un truc vraiment beau. Pas juste que ce soit un prétexte pour un décor, mais que la nature en elle-même soit presque un instrument, le bruit du vent, le bruit des oiseaux, quelque-chose de très joli, bien éclairé. Plutôt quelque-chose en extérieur je dirai. D'ailleurs on réfléchit à en faire des nouvelles, pour dans les prochains mois.

 

 

Quels sont tes projets après cet album ? Tu es déjà en train d'écrire le prochain ? Est-ce que tu as d'autres projets ?

Il y a le live pour cette tournée déjà, c'est quelque-chose de très excitant. J'ai des nouveaux musiciens, une nouvelle config et ça tourne d'enfer. J'espère que vos lecteurs viendront nous voir nombreux notamment au Divan du Monde le 17 mai ! Tous les jours où on n'est pas en déplacement, moi je suis au studio en train de travailler, un jour sur un texte, un jour sur une partie de basse. Mais on est très ambitieux pour le live et très impatients d'y retourner. On a plusieurs dates en première partie de Mickey 3D dont un Trianon à Paris, c'est génial parce que c'est ma salle préférée !

 

"X or Y" disponible sur iTunes

 

RETROUVEZ CAPTAIN KID SUR :
Facebook
Youtube

CAPTAIN KID EN CONCERT
03.04 • EMB Sannois (avec Mickey 3D)
14.04 • La Batterie Guyancourt (avec Mickey 3D)
15.04 • Le Trianon Paris (avec Mickey 3D)
13.05 • L'Embarcadère Montluçon (avec Mickey 3D)
17.05 • Le Divan du Monde Paris

 

  • Saam WB
    (hôte)
    • 2016-04-01 13:25:12
    • 1 099 views
  • Tags - #pop #folk #nouvel album #captain kid #Y X #we and I
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI