Marthe Sobczak cristallise des instants magiques

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Marthe Sobczak photographie les instants suspendus... instants purs et bruts.
D'abord mannequin, elle passe derrière l'objectif pour laisser parler son talent d'artiste photographe. Dove Spirit est le cliché qui marquera, selon elle, son entrée dans le monde de la photographie. Cette capture "est évocatrice d’une renaissance et d’un nouvel envol. Une vraie transition vers la photographie".
Ses sujets sont nombreux, mais ils ont tous ce point commun : la finesse. 

Marthe est douée et manie l'effet de surprise à la perfection. Elle n'a pas fini d'étonner et d'évoluer "la création est un processus de découverte infini et la perception est unique, a nous d’aller explorer au delà des limites". 
Découvrons le travail de cette photographe aux multiples facettes. 



© 
Marthe Sobczak
 

Avant de passer derrière l'objectif vous étiez mannequin… Comment s'est passée la transition entre la pose et la prise photographique ?
C’était assez radical et nécessaire, je ne voulais plus qu’on me perçoive uniquement comme je suis physiquement, mais que l’on me voie aussi pour ce que je suis à l’intérieur et j’avais besoin de pouvoir l’exprimer non pas en posant mais en me retrouvant dans l’ombre et en posant moi même la lumière. J’ai donc passé le concours des Gobelins et j’ai été sélectionnée, ce qui m’a permis d’apprendre la technique et de trouver mon univers personnel en tant que photographe.

Qu'a apporté votre expérience de mannequin à votre travail de photographe ?
Le fait d’avoir été mannequin m’apporte beaucoup aujourd’hui en tant que photographe. J’ai vécu l’autre côté et je sais comment chacun peut penser et se sentir sur un plateau, ce qui me permet tout d’abord de mieux prendre soin de l’équipe et de diriger au mieux ma prise de vue.
Je connais bien chacun des postes et je pense que le fait d’avoir été mannequin me permet d'avoir plus de proximité avec chacun. Mais le plus important est le flux entre les personnes sur un plateau et de faire en sorte que tout le monde se sente bien pour donner le meilleur de soi même. Lors de la prise de vue je dirige beaucoup mes mannequins, ce qui est aussi un avantage que je tire de mon expérience passée et ce qui est souvent apprécié par le client et le mannequin qui aime bien pouvoir se reposer sur moi, surtout quand nous avons beaucoup d’images à réaliser lors d’un travail de commande.



© Marthe Sobczak
   

Souvenez vous de votre première photo en tant que modèle et de la première en tant que photographe, qu'avez vous ressenti ?
Ma première photo en tant que modèle date de quand j’avais 4 ans, je n’ai pas de réel souvenir a part ceux que m’ont transmis mes parents. J’étais très timide et réservée et je n’étais pas très à l’aise. Ce qui a ensuite changé quand j’ai repris à l’âge de 12 ans et ensuite 18 ans, car j’aimais beaucoup poser, trouver la complicité et comprendre ce qu’attendait de moi le photographe pour construire l’image. 
En tant que photographe, je dirais que ma première photo est celle de ma colombe, que j’ai appelé Dove Spirit, elle est évocatrice pour moi d’une renaissance et d’un nouvel envol. Une vraie transition vers la photographie. J’étais encore à l’école quand je l’ai photographiée et ce que j’ai pu ressentir à est très bon et quand ça nous touche le coeur profondément au point où on en perdrait presque l’équilibre. C’est là que je me suis dit ‘Waouh c’est ça la photographie! Je veux que ma vie soit comme ça. Ca n’arrive pas tout le temps, pas à chaque prise de vue, mais quand ça arrive c’est magique et je sais que l’image restera dans le temps.


© Marthe Sobczak


Vos photographies ont des sujets très variés : des paysages, des modèles humains…Quel est votre thème de prédilection ?
Les mots qui pourraient définir ces sujets et transcrire un thème principal seraient : la simplicité, le brut, l’exploration d’univers parallèles, suspendre le temps, la force et la douceur, la dualité, la liberté.



© Marthe Sobczak


Que préférez vous photographier et pourquoi ?
Peut être le nu, car c’est toujours très beau la lumière qui se pose sur la peau et qui sculpte un corps. Sinon, je n’ai pas vraiment de préférence pour ce que je photographie cela dépend des périodes, parfois ce sera un homme, parfois une femme, de l’humain ou un animal… parfois de la matière ou des paysages, les arbres, les fleurs ou de l’architecture… parfois la lune… Le soleil… les étoiles… … Parfois ce sera hystérique… Parfois plus calme… Et parfois il m’arrive de m’arrêter complètement, pour me ressourcer, quand j’en ai l’occasion et le temps.



© Marthe Sobczak


Où trouvez vous l'inspiration ?
Je m’inspire du quotidien de ce par quoi mon oeil et mon intuition vont être attirés. Ca peut être une lumière particulière, une couleur, des expos, les actions entres les gens, la découverte d’une nouvelle personne, un moment, la vie, les animaux, la lune, le soleil, les étoiles… mais aussi tout ce qui n’est pas visible, ce qui est de l’ordre de l’imaginaire, des pensées, des rêves, des images qui peuvent venir toutes seul inconsciemment. 
Il y a aussi des photographes que j’affectionne particullièrement : Paolo Roversi, Sarah Moon, Rineke Dikjstra, Nick Knight, Steven Klein, Saliman, Francesca Woodman, Antoine d’Agata, Araki, Helmut Newton… 
Et des peintres tel que : Turner, Miro, Picasso, Chagall, Klimt, Rousseau, Hokusai… Et plein d’autres…
J’aime aussi beaucoup m’inspirer de citations ou d’extraits de textes métaphysiques ou philosophiques et aussi de personnages qui m’ont marqués de par leur sensibilité, il y a parmi eux beaucoup de musiciens comme Gainsbourg qui disait « Je connais mes limites c’est pour ça que vais au delà », mais aussi le petit Prince.

Certaines de vos photos comportent des projections d'ombres et bénéficient d'un travail de post production... Quelles sont les différentes étapes de votre processus créatif ? 
Ma recherche consiste à aller au delà de l'existant, la création est un processus de découverte infini et la perception est unique. A nous d’aller explorer au delà des limites. Je travaille beaucoup avec ma sensibilité et c’est important pour moi de pouvoir me laisser porter et d’être à l’écoute de ce qui peut se passer en moi pour ensuite l’accueillir pour créer.
Ce que je recherche pendant la prise de vue est comme un état de trans où tout est en suspens mais sous maitrise, et en réalité ça ne se cherche pas vraiment parfois ca apparaît, c’est comme ça.
Mon shoot est habituellement assez hystérique et par moment s’apaise, l’avantage du numérique est que l’on peut faire beaucoup beaucoup d’images et se laisser porter sans limites, alors j’en profite. Ensuite la phase déterminante et qui finalise la recherche va être l’editing, qui n’est jamais évident quand on a beaucoup d’images. Mais il apporte une finalité et une réponse à l’instant vécu.
Les photos réalisées avec les projections et au stroboscope sont toutes faites uniquement à la prise de vue le passage par photoshop permet d’effacer certaines imperfections et de donner du peps à une image avec une légère chromie.


© Marthe Sobczak


Quels matériel utilisez-vous ? 
Je shoot principalement avec un 5Dmark III, et aussi j’ai toujours sur moi un Olympus MiuII qui me permet de capturer des images d’errance et il remplace l’Iphone, cependant il m’arrive tout de même de faire des images à l’iphone pour pouvoir les poster sur Instagram. Mais je pars du principe où peu importe l’appareil photo, c’est lui qui fait apparaître l’image, mais c’est la personne qui appuie sur le bouton qui fait la photo. Ce n’est pas tout d’avoir un bon appareil photo. La perception est différente selon chacun des individus et le temps qui passe font de chaque images qu’elles sont uniques.

Quelle est la place de la post production dans votre travail ?
Je post produit très peu les images de mon travail personnel, en général c’est juste un peu de chromie.
Là où les retouches sont un peu plus approfondies, c’est sur le travail de la peau sur un nu ou un portrait beauté, où j’aime considérer la matière sensible photographique comme de la peinture, sans abimer la matière mais la recréer au plus proche de ce qu’elle est en vrai.

Vos photos sont aériennes et épurées… Quelles émotions voulez vous faire passer ? 
De la puissance et de la douceur. Un moment pour s’échapper partir dans un autre monde, l’apaisement mais aussi parfois la colère. Ce que je cherche à transmettre aux autres c’est une façon de pensée différente, un échappatoire du quotidien et de la réalité, de la poésie, une certaine forme de liberté, l’ouverture sur un monde parallèle, celui de l’imaginaire qui invite à voir mieux dans l’abstrait face à la réalité trop codifiée et qui nous brouille nos pistes.




© Marthe Sobczak


Quelle relation entretenez vous avec votre public et vos modèles ?
Avec mon public, je pense que je suis assez ouverte à la discussion et au partage et l’échange à vouloir transmettre ma façon de faire et encourager à la création et l’expression libre. Avec les modèles l‘intensité de la relation va être pendant le shoot. C’est assez magique, les échanges qu’ont peut avoir. Le temps est parfois comme en suspend et le but est de passer un bon moment en créant et recherchant de belles images.

Quel est votre plus beau souvenir d'exposition ?
Toutes les expositions que j’ai pu faire à la galerie Quai 26 de Dominique Coulon, dans le vieux Lille sont à chaque fois des moments forts et uniques. Je suis toujours ravie de pouvoir partager ce que je fais, échanger et recevoir de la part des autres leur point de vue sur la photographie. 
La dernière exposition que j’ai pu faire était d’autant plus particulière que j’ai pour la première fois exposé la photo de ma colombe que j’ai appelé Dove Spirit. J’ai pu faire une installation avec 12 colombes. Elles sont vendues en numérotées et non limitées. Il y a dans cette colombe l’apparition d’un ange en ombre et lumière. Moi même je ne m’en étais pas aperçue avant qu’une amie de ma mère l’aperçoive et m’en face part. Au delà de l’effet stroboscopique cette apparition la rend magique. Elle est pour moi un message de paix et d’amour qui m’a non seulement montré la voix de la photographie, mais aujourd’hui elle est pour moi aussi comme une image qui invite à la réflexion et à la méditation.




© Marthe Sobczak


Quels sont vos actualités et projets futurs ?
Lors de ma dernière exposition j’ai eu la proposition d’exposer le projet Dove Spirit dans une autre galerie pour le moment cela reste en discussion, mais je cherche à la faire circuler le plus possible donc toutes propositions sont les bienvenues.



© Marthe Sobczak


 RETROUVEZ MARTHE SOBCZAK : 

SITE OFFICIEL 
FACEBOOK
    • 2016-04-29 10:11:47
    • 1 868 views
  • Tags - #paris #photographe #portraits #mannequin #modèles #installation #paysages #colombe #cristallisation #dove
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI