La renaissance pop de JEANNE ADDED avec "Be Sensational"

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Jeanne Added est une artiste sombre, charismatique, inspirée, humble, en constante mutation. D'abord chanteuse de jazz durant de nombreuses années, c'est aux côtés de Dan Lévy, tête pensante de The Dø que la jeune parisienne a fabriqué son premier album. "Be Sensational" est le condensé d'une pop dark, incisive, marquée d'une émotion à fleur de peau que peu d'artistes savent retranscrir. Après une année très intense marquée par un Olympia en janvier, une révélation aux Victoires de la Musique et une très longue tournée, c'est au Printemps de Bourges que nous retrouvons Jeanne Added. 
C'est dans une salle de conférence de presse bondée, quelques heures avant son entrée sur scène du Palais d'Auron, que nous avons pu poser quelques questions à cette artiste fragile et pleine de grâce... 



Be Sensational disponible sur iTunes

 

Vous étiez là il y a un an, en 2015, depuis l'album est sorti, que pouvez-vous nous dire sur cette année qui s'est écoulée ?

Il s'est passé plein de choses, je crois que c'est assez clair, l'année fut magnifique et l'aventure continue d'être sublime et très épatante, très étonnante en ce qui me concerne. Tout ça reste très joyeux. Moi je n'ai pas l'impression que quoique ce soit me soit dû, donc du coup c'est vrai que ça m'épate toujours, de vous voir si nombreux dans une pièce comme celle-ci ici à Bourges, le fait qu'on nous programme une deuxième fois… Je regarde tout en ayant l'impression d'être dans une pâtisserie, ou d'être un gamin perdu dans un magasin de bonbons depuis plusieurs mois maintenant. Ça me va bien de voir les choses comme ça, ça me permet de garder un peu de distance et d'être un peu tranquille. J'avoue, j'entretiens la sensation.

 


© Marikel Lahana

 

Vous avez déjà dit que c'était un besoin physique de faire cet album, est-ce que le succès vous a apaisée ?

Le fait de l'avoir terminé oui c'est évident mais le succès c'est évidemment très agréable, ça fait du bien, ça rassure, je ne mesure pas encore tout car c'est tout nouveau mais j'imagine qu'il y aura des effets. C'est normal que ça imprègne, que ça imprime, que ça infuse, après le fait d'avoir terminé l'album c'était déjà en soit quelque-chose d'énorme. Peut-être qu'un peu plus tard j'aurai plus d'éléments de réponse.

 

 

Qu'est-ce que vous retenez de vos précédents projets musicaux ?

D'abord, moi je n'ai jamais vraiment fait quoique ce soit sous mon nom, donc j'ai appris des gens avec qui j'ai travaillé, j'ai travaillé avec et pour plein de gens donc c'est vrai que quand je travaillais avec d'autres gens. Je me disais que j'aurai fait telle ou telle chose plutôt comme ça, je prenais quelques notes de cet ordre là, de ce que ça peut être quelqu'un qui sollicite d'autres musiciens pour les faire jouer sa musique. J'ai envie que ça se passe bien et que les gens qui jouent avec moi soient contents donc j'essaye que ça aille et que ça se passe bien.

 

Justement la scène depuis les premiers concerts, il y a eu une évolution ?

Ha oui, il y en a eu une grande, moi je trouve ça fou de voir à quel point ça a bougé depuis les premiers concerts aux Trans Musicales il y a 1 an et demi. Ça a énormément bougé musicalement, l'équipe a bougé, on était 3 au début, maintenant on est 4. on n'a plus le même batteur, maintenant c'est Emiliano Turi à la batterie, et Marielle Châtain qui jouait dans The Dø et avec qui j'ai tourné pendant 1 an et demi en duo il y a quelques années et toujours Narumi Hérisson aux claviers. Depuis même le premier concert qu'on a fait en janvier avec cette formule là, la musique continue à avancer et on va de plus en plus loin à chaque fois.

 


© Marikel Lahana

 

L'Olympia, c'était vraiment important, c'était symbolique ?

Je crois que oui c'était évidemment important mais c'était le début de cette nouvelle formule à 4 donc on était très concentrés sur ce qu'on avait à faire, donc il faut peut être que j'en refasse un pour vraiment kiffer. On était plus concentrés sur ce qu'on avait à faire que sur le fait de se baigner dans la joie de jouer dans cette grande grande salle. J'ai tout de même été très émue en arrivant sur place évidemment. J'espère qu'on nous laissera rejouer là bas.

 

 

Avez-vous des artistes qui sont vraiment des références musicales ?

Oui, je le cite souvent, mais c'est vrai qu'il m'a encore secouru récemment, c'est Prince. C'est quelqu'un qui fait partie de ma vie depuis très longtemps même si je n'ai quasi pas écouté sa musique pendant des années. Ça reste une figure et quelqu'un qui a une façon d'envisager la scène, les concerts, le partage avec le public qui me touche beaucoup. Je me suis retrouvée à dire sur scène des choses qu'il disait lui et je m'en suis rendu compte en écoutant un live auquel j'avais assisté au Stade de France, dont j'ai un enregistrement complètement illégal à la maison. Il a dit texto la même chose. C'est quelqu'un qui me touche beaucoup et qui me remet dans le droit chemin depuis longtemps.

 

Comment s'est déroulée la collaboration avec Dan Lévy ?

On ne se voit plus beaucoup avec Dan mais sur le disque ça a été capital. Je pense sincèrement que je n'aurai pas pu le faire sinon. Ça n'aurait pas pu être quelqu'un d'autre et c'était la personne parfaite pour faire ce disque là et le faire avec la personne que j'étais à ce moment là. Ça a été une expérience intense, parfois difficile et compliquée mais aussi plein de joie et de grand bonheur. Ça m'a apporté énormément.

 


© Marikel Lahana

 

Vous êtes sensibles aux récompenses musicales, aux Victoires de la Musique ?

J'y suis bien sûr sensible, c'est super chouette, c'est très agréable évidemment mais tout ça est très agréable de toutes manières depuis plusieurs mois. Moi des prix, je n'en avais jamais gagné avant Deezer je crois donc j'étais très contente. J'ai pu acheté du matos, il m'ont filé un chèque donc c'était super sympa, c'est du matos qui joue sur la tournée. Ça aide les musiciens, pouvoir s'équiper, ça permet de travailler. Après les prix, les distinctions, la compétition en musique c'est quand même quelque-chose d'assez étrange. Mais c'est difficile de pas se prendre au jeu donc j'essaye de prendre un peu de distance quand même.

 

 

Le jazz vous a nourri musicalement pendant très longtemps, quelle relation avez-vous encore avec cette musique ?

Je dis souvent que je chanterai du jazz à nouveau quand je serai vieille avec un orchestre symphonique arrangé par Vince Mendoza je ferai comme Joni mitchell si un jour on me laisse faire un truc pareil. Pour le moment j'en écoute, comme je n'en fais plus, j'en écoute à nouveau...

 

Une rencontre belle ou forte en festival par exemple ?

Hier (13 avril ndlr) avec Izïa par exemple. Ça s'est super bien passé, on se connaît depuis longtemps et on n'avait jamais chanté ensemble encore. On s'est retrouvées sur scène et il y avait quelque-chose de très naturel, comme on a pris la scène ensemble, comme on s'est partagé la chanson et la façon dont on est rentré dans l'énergie juste pour la chanson, pour la musique etc... ça m'a étonné à quel point ça avait été facile en fait alors que c'était vraiment la toute première fois que ça se passait et qu'on a répété le matin même dans la chambre d'hôtel… 

 

 

Des envies particulières dans d'autres domaines notamment ?

Je suis chanteuse, donc quand on est chanteur on travaille beaucoup avec le corps et c'est quelque-chose avec lequel je suis de nouveau en contact depuis quelques temps, en tous cas j'y travaille. C'est vrai que je suis une grande amatrice de danse et de danse contemporaine donc ça m'amuserait beaucoup de pouvoir vraiment danser et faire ça sérieusement plutôt que juste sauter partout sur scène comme je le fais de manière un peu désordonnée.

 

Un lieu particulier où vous aimeriez beaucoup jouer ?

Justement, il y a mon éditeur qui est là, moi j'y ai travaillé, c'est le premier job que j'ai eu quand je suis arrivé à Paris, j'étais ouvreuse à l'Opéra Garnier. Donc voilà, on a le droit de rêver ! C'est un endroit qui m'a beaucoup plu, dans lequel j'ai passé de très bons moments, j'y ai vu de nombreux spectacles de toutes sortes, des trucs super chiants et des trucs magnifiques. Je suis attachée à cet endroit là.

 

--- Propos recueills à la conférence de presse du 14 avril 2016 au Printemps de Bourges

 

Be Sensational disponible sur iTunes

 

RETROUVEZ JEANNE ADDED SUR :

Facebook
Youtube

JEANNE ADDED EN CONCERT :

11.05 • Le Théâtre du Briançonnais Briançon
13.05 • Le Silex Auxerre
15.05 • Art Rock Festival Saint Brieuc
18.05 • Stereolux Nantes
20.05 • Théâtre du Merlan Marseille
21.05 • Papillons de Nuit Saint Laurent de Cuves
22.05 • Les Nuits Botaniques Bruxelles
25.05 • Pôle Culturel d'Alforville
28.05 • Les 3 Eléphants Festival Laval
02.06 • Aucard de Tours
04.06 • Festival Safiko Musik Saint Pierre (Réunion)
24.06 • Festival Rencontres et Racines Audincourt
26.06 • Solidays Paris
01.07 • Main Square Festival Arras
02.07 • Port Mulon Nort sur Erdre
03.07 • Beauregard Hérouville Saint-Clair
08.07 • Montreux Jazz Festival
09.07 • Decibulles Neuve-Eglise
10.07 • Base de Loisirs de Pratgraussals Albi
11.07 • Nuits de Fourvières Lyon
14.07 • Les Vieilles Charrues Carhaix
15.07 • Dour Festival
17.07 • Les Francofolies La Rochelle
22.06 • Théâtre Municipal Boulogne sur Mer
30.07 • Le Mas des Escaravatiers Puget Sur Argens

 

  • Saam WB
    (hôte)
    • 2016-06-12 16:42:46
    • 2 162 views
  • Tags - #printemps de bourges #Artist up #jeanneadded #besensational #a war is coming #ITW #Pdb2016
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI