Le conte de fées hors norme de L.E.J !

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Courant l'été 2015, le trio L.E.J créé la surprise en publiant sur Youtube le "Summer 2015". Une petite vidéo sous forme de mash-up des tubes de l'été, qui les propulsera notamment sur le Time ! Les 3 jeunes parisiennes ont alors travaillé d'arrache pied, d'abord pour enregistrer un album, sobrement intitulé "en attendant l'album" puis pour créer un set live.
Depuis février, le groupe s'offre une tournée quasiment sold out qui se poursuivra jusqu'à la fin de l'année en passant notamment par une série de 3 dates à l'Olympia les 21, 22 et 23 octobre. 

C'est au Printemps de Bourges, quelques heures avant leur montée sur scène face à 6000 festivaliers, que nous avons rencontré ces 3 jeunes artistes hautes en couleur...! 

 


"La Dalle" disponible sur iTunes

 

Est-ce que l'objectif du "Summer 2015" était de se faire repérer ?

Pas du tout, c'était juste la suite du "Summer 2014" qu'on a fait l'année précédente du coup et pour nous c'était un kiffe de faire un mash-up des chansons de l'été. On regarde sur internet ce qui passe le plus, ce qui fait danser les gens, ce qui nous plaît... On a fait ça sans jamais penser que ça pourrait prendre cette ampleur là, vraiment jamais. On pensait que ça allait passer à la trappe parce que c'était en plein milieu de l'été, le 1er août. Comme on faisait ça pour les gens qui nous suivaient déjà sur les réseaux sociaux et pour nous, parce que ça nous faisait kiffer, on s'est pas dit « si ça passe à la trappe c'est dommage », on savait que les gens qui étaient sur nos réseaux la recevrait donc c'était le principal et on ne s'attendait pas à ça ! 
Avant le summer 2015, ça faisait 2 ans qu'on postait des vidéos sur YouTube et on avait une fan base de 20 000 personnes donc c'était déjà énorme pour nous, on avait entre 100 000 et 300 000 vues sur YouTube donc c'était encore plus énorme. On pensait que le summer 2015 allait faire comme les autres vidéos, 100 – 150 000 vues et en fait non... On ne s'attend jamais à ce genre de choses.

 

 

Cela a été beaucoup relayé en plus, le Time… ?

Bigflo et Oli ont été les premiers et puis des petits webzines mais c'est vrai que le moment marquant c'était le Time. C'est moi (Juliette) qui ai vu ça, je me suis dit « c'est pas le vrai Time, ça doit être un sous-truc… » et non c'était bien le Time, 1 million d'abonnés, on s'est dit « OK, il y a un truc qui se passe, c'est fou… ».
On l'a posté le samedi, le dimanche, BigFlo et Oli le partageait donc ça nous ramenait déjà un peu plus de vues et le lundi c'est le Time qui a publié direct donc c'est allé vite.
Après il y a eu un engouement qui nous a dépassé au début. Comme on a vécu ça entre meilleures potes et qu'on était très bien entourées, je pense que c'est arrivé comme ça devait arriver. Ça nous a fait peur quand on s'est rendu compte que ça ne passait pas, parce que nous pendant les 2 premières semaines, on se disait que le lendemain ce serait terminé, que c'était qu'un buzz… Quand on s'est rendu compte que ça durait, on s'est dit qu'il fallait qu'on se mette un coup de pression.

 

Vous avez débuté en faisant une reprise du groupe Tryo, est-ce que le groupe a fait partie de votre entourage au début, toujours maintenant ?

Complètement, c'est grâce à eux que ça a commencé. Il y a eu ce concours sur Facebook auquel on a participé et qu'on a gagné. A la base, le « prix » était juste de les rencontrer et en fait ils nous ont fait monter sur scène avec eux aux Nuits de Champagne. On a chanté devant 3000 personnes, c'était la première fois... C'est aussigrâce à leur fan base qu'on a créé la page Facebook, pour poster une vidéo tous les mois... ensuite ils nous ont donné beaucoup de conseils, ils nous ont beaucoup entourées, et les 5 nous ont apporté des choses différentes. Christophe Mali, la mise en scène, Manu l'arrangement musical, Daniel nous a donné des cours de cajun qu'on utilise sur scène, des conseils de management. Ils font encore partie de l'équipe, c'est devenu des amis. Ce sont des personnalités hyper fortes et qui ont tellement de choses à nous apporter que le lien s'est fait naturellement après les Nuits de Champagne.

 

 

Vous êtes en train de terminer votre premier album, c'est votre première tournée, votre premier festival, qu'est-ce que vous attendez de ce premier Printemps de Bourges ?

La folie totale ! Déjà on attend de pas se planter parce qu'on est quand même super stressées. Depuis que ça a commencé on a du tout faire rapidement. Notre tournée s'est mise en place très vite, ça a été complet très vite, on a eu beaucoup de chance. Au début, même si toutes les dates étaient complètes on n'avait pas encore de spectacle.
En janvier, on a travaillé comme des folles et maintenant on se retrouve devant 6000 personnes ce soir on espère que ce sera bien reçues. On espère donner autant d'énergie qu'on veut parce que c'est vrai qu'un violoncelle, des voix et des percussions, on se dit que ça peut peut-être être doux et nous on a envie d'en mettre plein la vue. Le Printemps de Bourges, on rêvait d'y aller, et notre manager nous disait « l'année prochaine, il faut que vous chantiez au W ». Nous on était là « mais ouais, t'as raison, on chantera au W ! ». Aujourd'hui on est au W, il va y avoir 6000 personnes devant nous, donc ça va être le maxi stress mélangé à maxi hâte, maxi pression, exaltation etc… 

 

Le fait que vous veniez d'internet n'est pas handicapant pour jouer au W justement ?

Le fait qu'on vienne d'internet, qu'il y ait eu un buzz tellement énorme autour de nous, les gens se demandent. On a l'impression qu'on a quelque-chose à prouver, en plus on fait des reprises, donc forcément, est-ce que c'est légitime… On espère qu'en nous voyant sur scène, les gens se disent c'est bien. Il y aura quand même 2 compos.

 


© Johann Jaffres

 

Avez-vous des retours sur les covers de la part des artistes concernés ?

Certains oui. Joeystarr a bien reçu Seine Saint Denis Style, Grand Corps Malade aussi qui a adoré ce qu'on a fait. BigFlo et Oli aussi…  Et le Summer 2015 a été partagé par Nicki Minaj, David Guetta, Tryo...

 

Avez-vous des demandes maintenant ?

Non, pas encore. Par contre notre composition, « La Dalle » a elle, été reprise en cover, donc ça c'est l'arroseur arrosé. On était hyper émues en voyant des vidéos de « La Dalle ». Il y a même des reprises du Summer 2015, des reprises de reprises...

 

 

Juliette, on t'a vu sur scène justement avec Fakear. Est-ce que tu travailles toujours avec lui, est-ce que vous avez d'autres projets de façon générale ?

J'aurai bien aimé continuer mais là on est tellement occupées que pour l'instant ça prend tout mon temps. Après, peut-être que Fakear fera des arrangements sur des chansons à nous. C'est un très bon ami à moi, on aime beaucoup ce qu'il fait. Peut être qu'il fera partie du projet, ce serait cool.

 INTERVIEW DE FAKEAR SUR ARTIST UP

En parlant du prochain album, vous êtes toujours toutes les 3 ou vous avez d'autres musiciens avec vous ?

Peut être qu'il y aura des featurings et tout mais on aimerait bien rester toutes les 3. Tant qu'on a de l'idée… On écrit nos textes avec notre manager donc on est 4 à faire les textes et toutes les 3 à faire la musique. Après, on n'est pas du tout réticentes à bosser avec des gens au contraire. Si on fait de la musique, c'est pour le partage, même sur scène, là récemment on a chanté sur scène avec Boulevard des Airs et BigFlo et Oli, on les a invité sur des dates et c'était les moments des concerts qu'on préféraient.
Echanger sur scène avec d'autres gens, c'est ça la magie du truc. Si on était toutes seuls sur scène on s'amuserait beaucoup moins. S'il y a d'autres instruments ce sera fait par des gens avec qui on a une bonne affinité amicale, artistique, et ce sera plus des featurings. Sur nos compos, s'il y a d'autres instruments, ils seront faits pour nous. On tient à notre petit cocon qui nous a beaucoup protégées jusqu'à maintenant. Si c'est plus produit ce sera notre prod à nous.

 


© Johann Jaffres

 

Vous étiez aux USA pour une mini tournée US dont le South By Southwest, quel est l'accueil du public américain par rapport au public francophone ?

Ils sont fous ! On a fait 3 trucs différents, Montréal, l'Olympia c'était vraiment dingue mais ça restait francophone, même New York ça restait un peu francophone. South By Southwest, c'était un public qui ne nous connaissait pas du tout, ils n'avaient pas d'à priori ou de préjugés par rapport au Summer 2015. Parfois on entend qu'on fait que des chansons commerciales bah eux, ils venaient là découvrir ce qu'on faisait. C'était un set de 30 minutes du coup on a fait quasiment que des mash up.
On voyait la réaction des gens c'était assez fou, c'était incroyable. Ils découvraient ce qu'on faisait et à chaque fois ils découvraient une nouvelle chanson dans le même morceau et ils étaient morts de rire, trop fous. On a eu de la chance, quand on est descendu de scène, on a entendu « one more song, one more song… ». Les gens nous ont dit que c'était incroyable qu'ils demandent une nouvelle chanson, généralement dans les festivals ce n'est pas le cas. A chaque fois qu'on chante « Bitch Better Have My Money » ils sont morts de rire, on sait pas pourquoi ! C'était la folie de voir que le public américain recevait les choses aussi bien que ça alors qu'il y a même des passages français. Et puis on a eu un RDV avec Républic, un label là bas qui s'est plutôt bien passé… (rires).

 


© Johann Jaffres

 

Il y a des dates clé dans une tournée, des festivals que vous attendez un peu plus que d'autres ?

Bah aujourd'hui déjà, les Olympia on les appréhende. La Cigale déjà c'était assez incroyable, le Bikini à Toulouse, la Laiterie à Strasbourg… un peu tout. C'est tellement nouveau que… Mais c'est vrai que forcément les dates parisiennes, comme c'est là qu'on vit, à Saint Denis, Paris, bah il y a tous tes amis, toute ta famille qui vient. T'as tes profs… c'est vrai que les dates chez toi tu es toujours un peu plus stressé. Et les Olympia c'est vrai que ça va être fou… On est pressé d'aller au Mainsquare, aux Papillons de Nuit… Il y a deux jours on était dans une sorte de festival aux Gets, c'était la fermeture des pistes. C'était en plein jour et il faisait très froid. Il y a 5000 personnes devant nous. C'est incroyable de jouer devant autant de gens surtout qu'il fait jour… En plus on a l'impression qu'en festival il faut conquérir le public parce que c'est des gens qui ont bu un peu avant, leur esprit peu vite vriller. J'avais vraiment cette impression là où il fallait envoyer du lourd tout de suite, à chaque chanson, à chaque minute et pas que les gens lâchent.

 

 

Sur les choix de morceaux à reprendre c'est la bagarre ? Comment cela se passe ?

Non pas du tout, jamais. C'est le morceau qu'on aime toutes les 3 au même moment bah on le reprend et basta. Et même s'il y a en a une qui veut en reprendre un et que les autres n'aiment pas, en général 4 mois après on le fait quand même. Au début, Rap God d'Eminem, le rap qui va super vite, Elisa il y a un an me disait « faudrait qu'on la reprenne », j'étais là « mais bien sûr, oui oui, tu le feras toute seule, moi jamais j'apprends ça ! ». En fait on l'a fait cette année, j'ai passé des heures dessus… 

 

Vous avez fait des études de musique assez poussées… 

On a commencé la musique à 5 ans, ensuite on a fait le conservatoire de Saint Denis et filles ont fait la maîtrise de Radio France et moi j'étais en classe Cham en horaires aménagés. Toute notre scolarité c'était cours normaux le matin et l'après-midi, musique, solfège, cours d'harmonie, cours de piano, cours de chant, cours de violoncelle pour moi (Juliette) etc…

 


© Johann Jaffres

 

Cela vous a servi pour le projet L.E.J ?

Oui complètement, avoir fait 15 ans de musique classique, 10 ans en école puis encore un peu avant et un peu après, ça nous permet d'aller beaucoup plus vite entre nous, du coup on a le même langage. Beaucoup de choses deviennent instinctives. Quand Juliette joue un accord ou qu'elle doit faire la basse, ça vient tout seul. Lucie sait quelle voix elle va chanter, moi aussi... Le fait d'avoir été ensemble autant de temps permet des automatismes, c'est un gain de temps incroyable. On sait tout de suite quand ça marche pas ou qu'on aime pas ou que ça ne nous ressemble pas. C'est grâce à la musique classique qu'on en est là aujourd'hui, c'est la base de tout. En même temps, beaucoup de gens autodidactes sont très très forts aussi. Nous ça nous a beaucoup aidé. C'est à double tranchant, soit tu restes enfermé dans le classique, soit ça t'ouvres plein de portes. Par exemple Manu, le guitariste chanteur de Tryo n'a jamais fait de musique classique et ce mec c'est un génie, il fait des trucs de fou avec la musique. Nous on a encore beaucoup de choses à apprendre même si on a une bonne base.

 

<< Propos recueillis à la conférence de presse du 12 avril 2016 au Printemps de Bourges. >> 

 

"En Attendant l'Album" disponible sur iTunes


RETROUVEZ L.E.J SUR :

Facebook
Twitter
Youtube

L.E.J EN CONCERT :

14.05 • Parc des Expositions Tarbes
20.05 • Papillons de Nuit Saint-Laurent-de-Cuves
24.05 • Le Splendid Lille
25.05 • Le Normandy Saint Lô
27.05 • L'Olympia Paris
28.05 • Festicolor Meung-sur-Loire
29.05 • Espace Culturel Dollfus & Noack Sausheim
05.06 • Le Forum Vauréal
07.06 • Salle Métropole Lausanne (Suisse)
09.06 • Plein Air Cahors
11.06 • Festival Voix de Femmes Maury
23.06 • Red Pigs Festival Payerne (Suisse)
01.07 • La Nuit de l'Erdre Nort-sur-Erdre
02.07 • L'Armor à Sons Bobital
03.07 • Main Square Festival
08.07 • Festidreuz Fouesnant
14.07 • Festival Monjoux Thonon Les Bains
18.07 • Théâtre de Verdure Patrimonio
22.07 • Théâtre Jean Deschamps Carcassonne
23.07 • Brives Festival Brives
25.07 • La Citadelle Saint Tropez
28.07 • La Fête du Cognac Cognac
29.07 • Au Fil du Son Civray
30.07 • Stade Municipal Lacanau
11.08 • La Foire aux Vins Colmar
13.08 • Festival Musicalarue Luxey
04.09 • Face & Si Mouilleron-le-Captif
29.09 • Ainterexpo Bourg-en-Bresse
21, 22, 23.10 • L'Olympia Paris
27.10 • Le Colisée Roubaix
02.11 • Vinci Tours
04.11 • L'Hermione Saint Brieuc
05.11 • La Carrière Nantes
06.11 • Espace Avel Vor Plougastel-Daoulas
09.11 • Le Rocher de Palmer Cenon
10.11 • Salle Capranie Ondres
13.11 • Le Bikini Ramonville Saint Agne
15.11 • Le Silo Marseille
18.11 • Paloma Nîmes
20.11 • Le Quattro Gap
22.11 • Acropolis Salle Apollon Nice
23.11 • Radiant Bellevue Lyon
25.11 • Rockhal Esch sur Alzette (Luxembourg)
26.11 • L'Aéronef Lille
27.11 • Le Splendid Saint Quentin
30.11 • Sceneo Longuenesse
03.12 • Les Fuseaux Saint-Dizier
04.12 • Ancienne Belgique Bruxelles (Belgique)
06.12 • Le Capitole en Champagne Châlons en Champagne
07.12 • Salle Marcel Sembat Chalon sur Saône
09.12 • Palais de la Musique et des Congrès Strasbourg
10.12 • Espace Chaudeau Ludres

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2016-05-12 09:06:47
    • 2,037 views
  • Tags - #printemps de bourges #album #INTERVIEW #Artist up #youtube #L.E.J #Summer 2015 #La Dale
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI