Sur les traces de lieux insoupçonnés avec la photographe Diane Dufraisy

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité

Avec son projet "Neverends Photographie", la photographe et graphiste Diane Dufraisy emmène le spectateur sur les traces de paysages urbains délaissés par l’Homme. "Découvrir un autre monde, caché, parallèle à la réalité que l’on peut palper. C’est être caché, aux yeux des autres, du monde, rentrer dans un univers mystérieux et interdit.’’ 
Dans les clichés de Diane Dufraisy, on découvre un patrimoine insoupçonné et invisible, dévoilé via une mise en scène personnelle et captivante. ’’Replacer l’humain dans ses lieux désertés de toute présence humaine, leur redonne vie le temps de ma création photographique."
Cette photographe - exploratrice nous ouvre les portes de ces lieux singuliers, tiraillés entres le rêve et la réalité. Rencontre !

 
© Diane Dufraisy - Neverends Photographie


Vous avez commencé à explorer et à photographier des bâtiments en état d’abandon à partir de 2004.
Quel a été l’élément déclencheur ? 
J’ai passé une journée avec des amis à me promener sur la Petite Ceinture (ndlr : à Paris), dans un but photographique. Cela a été un magnifique voyage qui a scellé le début de ma passion pour les bâtiments en état d’abandon. Les textures, les couleurs, le calme et l’impression d’être dans un autre monde a changé ma vision de la ville et ma manière de la regarder.
 
Quel rapport entreteniez-vous avec la photographie jusqu’alors ?
J’avais fait un peu de photographie argentique et l’arrivée du numérique m’a fait passer d’un moyen d’expression, le dessin, à un autre : la photographie. J’ai fait un peu de paysage et j’utilisais la photo comme matière pour des photomontages. La photo est devenue par la suite mon médium préféré pour exprimer mes idées.


© Diane Dufraisy - Neverends Photographie
© Diane Dufraisy - Neverends Photographie
© Diane Dufraisy - Neverends Photographie


Qu’est-ce que l’acte photographique vous permet-il d’exprimer ?
L’acte photographique me permet d’exprimer une certaine solitude et mélancolie. La liberté aussi, le temps s’arrête dans les lieux abandonnés ou souterrains, on se retrouve libre de toutes contraintes, le temps de son exploration.
La mise en scène me permet d’exprimer mes idées et les rêves que ces endroits déshumanisés m’inspirent. J’aime ressentir les lieux, les sublimer, les faire renaître le temps d’une image, le mélange du rêve et de la réalité. 


 © Diane Dufraisy - Neverends Photographie


En quoi ces lieux vous inspirent-ils ? Qu’appréciez-vous dans cet environnement ?
J’aime le silence procuré par les lieux que je visite, que se soit pour de la photographie témoignage ou pour des mises en scènes.
J’apprécie explorer. C’est parfois passer la porte d’un bâtiment sans rien attendre de particulier et découvrir une merveille. Découvrir un autre monde, caché, parallèle à la réalité que l’on peut palper. C’est être caché, aux yeux des autres, du monde, rentrer dans un univers mystérieux et interdit.



© Diane Dufraisy - Neverends Photographie


Votre travail s’articule autour de deux approches complémentaires : la photo documentaire et la photo artistique.
Pouvez-vous nous en dire plus sur votre processus de création ? De quelle manière mettez-vous en scène vos images ? 
Quand je visite un lieu, les photos que j‘y prends sont de base dans un but documentaire. Garder en mémoire son existence, se renseigner sur son passé et son utilité.
Mais souvent les lieux m’inspirent des images plus personnelles, les sensations ou émotions qu’il me procure et qui interagissent avec mon imaginaire, cela donne des mises scènes ou je m’approprie le lieu pour exprimer mes idées et en créant une atmosphère qui m’est spécifique.
Parfois l’idée de la mise en scène vient en visitant le lieu et je la réalise sur le moment si cela est possible. Sinon je prends des photos dans le but de réaliser mon idée par le photomontage.
Il arrive aussi que les idées de mise en scène arrivent bien plus tard après la prise de vue. Une autre idée en pousse une autre et une image qui pouvait ne pas m’inspirer particulièrement, devient alors un élément de décor pour une mise en scène.


© Diane Dufraisy - Neverends Photographie

© Diane Dufraisy - Neverends Photographie

© Diane Dufraisy - Neverends Photographie


Quelle impression/réaction souhaitez-vous provoquer auprès de ceux qui vont contempler vos créations ? 
Je souhaite qu’ils puissent toucher la beauté des lieux à travers mes images, comme j’ai pu la ressentir en explorant le lieu. Ressentir également la mélancolie, et prendre conscience de l’existence et surtout du sort réservé à certains lieux d’exception.
Je souhaite également mettre en lumière le patrimoine et l’importance de le sauvegarder.
 
Vous redonnez vie "le temps d’une image" à des lieux abandonnés et inconnus du grand public.
Qu’est-ce que ces clichés symbolisent pour vous ? 
Mes photos montrent que tout a une fin. Même les créations humaines qui perdurent après leur créateur meurent un jour ou l’autre. Les prendre en photo c’est garder un souvenir d’eux, de leur existence, ainsi que des émotions qu’ils m’ont procurées. Replacer l’humain dans ses lieux désertés de toute présence humaine, leur redonne vie le temps de ma création photographique. Ce n’est plus l’humain qui a occupé le bâtiment mais un humain fictif, issu du rêve, qui se confronte au lieu, le sublime.


© Diane Dufraisy - Neverends Photographie

© Diane Dufraisy - Neverends Photographie

© Diane Dufraisy - Neverends Photographie


Pourquoi avez-vous fait le choix de représenter uniquement des femmes ?
C’est une partie de moi que je transpose dans mes images, il est donc plus simple de le représenter de manière féminine.
J’aime travailler sur les oppositions et je trouve l’aspect brut des lieux encore plus décalé avec un corps féminin qui lui, donne un aspect doux, courbes et lisse.
 
Quels lieux vous ont-ils le plus marqué ? 
Le Silo 5 à Montréal, alors que j’étais au rez de chaussée, dans le noir parmi les tapis roulants, un chant mélodieux c’est élevé dans l’immense pièce. La raison ? A l’extérieur, il y a un « silophone », on peut parler et le son se réverbère dans les silos. Ce fut une expérience inattendue et assez magique.
Un site en Belgique m’a également marqué, une ancienne chambre de commerce assez fabuleuse. L’entrée à l’époque se faisait par les souterrains. Je n’étais jamais rentrée dans un lieu par une plaque en pleine rue en dehors des sous sol ou catacombes de Paris. On se retrouve dans le noir complet puis on découvre une salle immense, silencieuse, qui apparaît petit à petit au fur et à mesure que le jour se lève.
Sinon bien sur ma première friche industrielle reste le lieu qui m’a le plus marqué et donné envie de continuer à visiter des sites a l’abandon : une ancienne papeterie en Ile de France, aujourd’hui détruite. Je l’avais revisitée 7 ou 8 ans après ma première visite, juste avant sa destruction. J’avais peur d’être déçue par les détériorations, mais j’ai retrouvé le même sentiment que lors de ma première visite, avec un goût de nostalgie en plus.



© Diane Dufraisy - Neverends Photographie

© Diane Dufraisy - Neverends Photographie


Avez-vous en tête d’autres espaces créatifs ou sources d’inspiration que vous voudriez explorer ?
Même après plus de 10 ans d’exploration il y a des lieux que je n’ai pas eu l’occasion de voir, comme un château d’eau par exemple. Ou des sites mythiques à Paris, qui ne sont pas facilement accessibles.
Sinon j’aimerais travailler plus sur l’humain, mais pas forcément dans un décor abandonné, mais aussi dans la nature. Je suis fascinée par les forêts et les cascades, j’y retrouve la mélancolie et la solitude que je trouve dans les lieux abandonnés. Je fais peu de photos de paysages mais j’ai comme projet d’en faire plus.
 
Quels sont vos projets en cours ou à venir ? 
Les projets à venir sont la sortie d’un deuxième livre en fin d’année ou début 2017. Je souhaite également exposer ma série Ré-humanisation.
Je travaille sur différents projets photographiques, d’autres séries de mises en scène dans les lieux abandonnés, mais aussi éloignés de l’exploration.
L’exploration reste une partie importante et intégrante de mon travail photographique, mais je compte également m’en détacher pour m’ouvrir à d’autres idées et projets et sortir de ma zone de confort. 



© Diane Dufraisy - Neverends Photographie
 
 
RETROUVEZ Diane Dufraisy - Neverends Photographie :
 
LE LIVRE '' PASSE DECOMPOSE '' EN VENTE ICI
 
    • 2016-06-07 10:42:31
    • 5,003 views
  • Tags - #graphisme #photographie #photomontage #architecture #photography #urbex #exploration urbaine #urban exploration #patrimoine #lieux abandonnés
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI