"Sharr Mountains" : l'hommage touchant de FAÏK...

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité

Révélé au sein de la formation lyonnaise Fake Oddity, Faïk Şardağ souhaite aujourd'hui mettre à profit ses talents de songwriter pour son projet solo. Après 3 albums et 11 ans de vie de groupe, le musicien lyonnais originaire de Turquie et du Kosovo s'est intéressé à ses racines, à la culture de ses ancêtres.
"Sharr mountains" est donc un premier EP touchant, en hommage à cette terre du Kosovo qui lui est chère. C'est d'ailleurs avec un immense respect et une affection non dissimulée que Faïk est attendu sur place pour y donner une série de 3 concerts. 

C'est au Printemps de Bourges, quelques instants avant le début de son concert que nous avons rencontré cet artiste charismatique. Il nous parle de ses influences, du petit cocon lyonnais qui l'entoure et de ses projets futurs... 

 

 

Nous t'avons découvert avec Fake Oddity, pourquoi et comment est né ton projet solo, Faïk ?

Fake Oddity était en train de se terminer vers la fin 2013, on a fini avec une dernière date en mai 2014. J'avais toujours eu envie de faire un projet solo depuis un petit moment mais je ne voulais pas le faire pendant Fake Oddity. Je voulais continuer avec Fake Oddity pour voir jusqu'où le projet pouvait aller et puis j'ai commencé à faire mes chansons et j'ai lancé ce projet solo. J'ai voulu faire ce projet parce que j'ai eu une très bonne expérience de groupe pendant 11 ans mais je voulais aussi voir ce que je pouvais faire tout seul. Je voulais prendre la responsabilité de créer un projet de A à Z et voir où ça m'amène...

 

 

Peux-tu me dire quels sont les artistes musiciens ou non, qui t'inspirent aujourd'hui ?

Il y a Mumford and Sons que j'aime bien, Half Moon Run, Vampire Weekend, Jeff Buckley. J'étais un grand fan de Radiohead dans les 90's, début 2000, ça m'influence pas mal dans certaines chansons.


 


© Néômme

 

Que retiens-tu de ton expérience à la Nouvelle Star, est-ce que tu penses que cela t'a apporté de la visibilité ?

Ça m'a apporté de la visibilité "vite fait", simplement sur le moment où j'étais diffusé. Après c'était rapide, même si je suis allé jusqu'à avant les live, ça représente seulement 4 jours de ma vie. Je crois que j'ai été diffusé 3 fois à la télé donc c'est pas grand chose. Ça m'a amené du monde sur ma page Facebook donc dans ce sens là c'était bien...

 


 

Tu parles beaucoup de la Turquie dans tes chansons, par exemple « Oriental Democracy », quel regard portes-tu sur la situation politique actuelle dans ton pays ?

Tout simplement, je trouve que la démocratie n'existe plus depuis 2002 et que c'est la même personne qui décide pour tout depuis 14 ans en Turquie. Là il est président, quand il était premier ministre, c'était pareil. Le président est censé être plutôt symbolique en Turquie, c'est le premier ministre qui a les pouvoirs normalement, mais lui est toujours là, il décide pour tout. J'aurai bien aimé que ça change…

 


© Néômme

 

Tu vis de ta musique depuis longtemps en faisant des covers dans les bars notamment, est-ce que tu apprécies cet exercice, c'est un partage avec les gens... ?

Comme tu l'as dis, c'est un partage avec les gens donc ça fait passer une bonne soirée! Ça me fait vivre aussi. Je gagne ma vie avec les concerts que je fais avec mon projet et aussi avec les soirées reprises. Il y a eu des périodes avec Fake Oddity où je faisais aussi beaucoup de cachets donc ça m'a beaucoup aidé pour l'intermittence, mais depuis 2009 je suis intermittent et c'est vrai que les soirées cover y sont pour quelque-chose ! Mais bien-sûr je préfère jouer mes compositions sur des vraies scènes et partager ma musique avec les gens.

 

 

Tu travailles beaucoup avec tes amis lyonnais, que ce soit pour l'enregistrement de ton disque, le mixage, Médiatone, Néômme, ton French Kiss au Transbordeur. Est-ce que tu apprécies ce petit cocon lyonnais ?

Oui carrément, déjà j'aime beaucoup la scène lyonnaise, je trouve qu'il y a beaucoup d'artistes intéressants. Il y a des studios, des ingé-sons très talentueux. J'aime bien ce cocon et d'ailleurs je suis chez Médiatone en label, Néômme c'est mon tourneur. C'est vrai qu'avec Julien Jusset par exemple, c'était juste pour le mixage de mon EP même si on est potes depuis longtemps, et on a fini par jouer ensemble. Il m'accompagne dans mes concerts au clavier et à la guitare. J'aime beaucoup ce genre de collaborations avec les musiciens lyonnais.

 


© Néômme


 

Je sais que tu aimes bien les featurings aussi, il y avait beaucoup d'invités (Buridane, Sarah Mikovski…) pour ton French Kiss par exemple, avec qui tu aimerais bien faire un featuring un peu prestigieux ?

Je pense que la liste est assez longue, Mumford and Sons j'aimerais beaucoup bien sûr, ou quelqu'un qui est connu en France, je ne sais pas… Déjà on peut peut être faire un featuring avec Wooden Beaver, ce serait cool ! (rires)
En tous cas j'aimerais bien chanter avec Joe Bel. On s'est connus à une soirée au Transbo, j'avais fait sa première partie. Ce serait sympa de chanter avec elle. Ou alors des artistes comme The Tallest Man on Earth, ce serait trop bien.

 


 

Tu vas jouer en première partie de Deluxe et Naïve New Beaters aux Nuits de Fourvière, qu'est-ce que qu'une date comme Fourvière ou Le Printemps de Bourges comme aujourd'hui représente pour toi ?

Comme tout le monde, je suis fier de jouer ici au Printemps de Bourges. Et les Nuits de Fourvière, c'est quand même le summum de ce qu'on peut trouver à Lyon. C'est authentique, je suis très fier et très content de pouvoir jouer devant le public dans ce genre de conditions.

 INTERVIEW de DELUXE sur ARTIST UP



© Néômme


 

Quels sont tes projets pour la suite ?

Là je pense faire un nouvel EP de 6 titres. J'ai déjà commencé à écrire les chansons. "Oriental Democracy" n'est par exemple pas sur cet EP là donc je le mettrai sur le prochain. Je vais faire un EP sans trop attendre cette fois ci. Avec Fake Oddity, souvent on avait 3 ans d'attente entre les albums. Là, j'aimerais bien le sortir pour fin 2017 au plus tard.
Une tournée à Istanbul ets aussi prévue. Je joue à Coop le 25 mai, et je viens de recevoir les dates pour le Kosovo.
J'ai dédié cet EP au Kosovo dans le visuel et même dans les paroles des chansons donc c'était important pour moi d'y aller. C'est mon père qui est de là bas. Le 29 mai, je joue au Bunar Fest là bas, et 2 jours après je serai à Préshina au Kosovo.
En Turquie et au Kosovo, comme je viens de ces deux pays là, j'ai eu pas mal de télés, de radios, des articles sur place, ils suivent vraiment bien le projet. Ils aiment bien que l'album s'appelle "Sharr Mountains", ils savent que ça leur est dédié donc ils sont très reconnaissants et intéressés. En Turquie aussi, beaucoup de journaux ont fait des articles donc je sens qu'ils attendent que je vienne jouer.

 

"Sharr Mountains" disponible sur Wiseband

 

RETROUVEZ FAÏK SUR :

Facebook
Youtube

FAÏK EN CONCERT :

25.05 • Coop Istanbul (Turquie)
27.05 • Barcode, Prizren (Kosovo)
28.05 • Bunar Fest (Kosovo)
31.05 • Soma, Pristina (Kosovo)
10 & 12.06 • Valence
08.07 • La Compté au Clair de Lune Vic-Le-Comte
13.07 • Les Nuits de Fourvière Lyon
15.07 • Belleville
30.07 • Dieulefit 

  • Saam WB
    (hôte)
    • 2016-05-23 10:29:48
    • 1 352 views
  • Tags - #EP #printemps de bourges #INTERVIEW #Artist up #fake oddity #Faik #sharr mountains
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI