Etonnants clichés cinématographiques de Stefan Rappo

FEATURED

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


Le photographe Suisse Allemand Stefan Rappo déploie ses talents artistiques via des projets très variés. Créateur de portraits et de photographies de nus aussi sensuels que poétiques, il est aussi l’auteur de séries surprenantes : "Room 42", "Mutterliebe" ou encore "Modern Family" qui explorent l’intime et font écho au 7eme art.
En effet, à mi-chemin entre la photographie et le cinéma, ses clichés étonnants construits à la manière d'un scénario donnent vie à des histoires étranges, dérangeantes et décalées... Interview ! 


© Stefan Rappo - Série '' Modern Family '' 


Comment votre intérêt pour le medium photographique est-il né et s’est-il développé ?
Mon intérêt pour la photographie s’est développé très lentement… Enfin, je pense que j’ai toujours adoré l’image et la photo, mais ça a pris beaucoup de temps pour que je m’en rende vraiment compte. 
Quand j’ai commencé en Suisse, je faisais des photos de sport et de paysages comme loisir, à côté de mon travail. Je me suis acheté plein de livres pour apprendre et comprendre, mais je n’avais pas les moyens d’avancer comme il fallait. J’ai donc quitté la Suisse pour Toulouse où j’ai fait une école de photo.
Après l’école, je n’avais qu’une envie, continuer d’avancer. Mon prof m’a alors conseillé d’aller à Paris et de travailler comme assistant. Je me suis tout de suite senti dans mon élément parce qu’en tant qu’assistant, j’ai appris plein de choses et puis je pouvais mettre au service des photographes mon côté technique et bosseur. Assez rapidement j’ai commencé à voyager partout dans le monde, un grand avantage de ce métier…. quand on aime voyager, ce qui est mon cas :).
Encore aujourd’hui je travaille comme assistant, ce qui me permet de gagner ma vie et de faire à côté ce que je veux en photo puisque pour le moment, mes clients ne me permettent pas de travailler à mon propre compte. Par contre, jongler entres les deux n’est pas toujours évident, les projets prennent des fois beaucoup de temps. 


© Stefan Rappo - Série '' Room 42 '' - Yves

© Stefan Rappo - Série '' Room 42 '' - Alain Naron 

© Stefan Rappo - Série '' Room 42 '' - Bruno


Dans un décor d’apparence vintage voir ''vieillot'',  une atmosphère étrange et décalée se dégage de la série ’’Room 42''… le choix de vos modèles y est pour beaucoup. Pouvez vous nous en dire plus ? 
Oui en effet, le choix des modèles est à la base du projet. L’idée était de faire un beau projet avec des gens qui sortent un peu de l’ordinaire, de ce qu’on voit “normalement”. A la base je voulais juste faire des portraits simples, mais petit à petit j’ai créé un univers pour les mettre en scène, je voulais que ce soit plus cinématographique, pour raconter une histoire. 


 © Stefan Rappo - Série '' Room 42 '' - Lucienne


Quel a été votre mode opératoire pour ce projet, et quelles sont les étapes clés de votre processus créatif de manière générale ?
D’abord, l’idée était de shooter des gens “hors normes” que j’ai trouvé pour la plupart, grâce à Wanted, une agence de mannequin pour les gens “hors normes” à Paris. Comme je voulais monter ce projet de manière plus cinématographique, j’ai commencé à imaginer des scénarios et surtout un endroit pour le shoot. Je voulais que toutes les photos soient assez uniformes, pour faire comprendre qu’on peut avoir des vies très différentes dans un même endroit. Finalement, le plus simple était donc de créer une pièce en studio, la “Room 42”, que j’ai monté et démonté une dizaine de fois. Pour une question d’organisation, les shoots étaient étalés sur plusieurs mois. Aussi j’ai fait appel à Lola d’Haese une amie styliste pour pouvoir aller plus loin dans les idées et travailler les détails.

Après j’ai n’ai pas un mode de fonctionnement général. Souvent une idée naît d’une petite chose, que je développe ensuite. La moindre chose peut être le début d’une histoire, après il suffit de rajouter un milieu et une fin :).
Ca peut aussi partir d’un rendu photographique, comme le projet “Visages de la photo”. Ca peut partir d’une personne qu’on a envie de photographier, ca peut partir d’un lieu… et autour de tout ça on développe etc. 
Aussi il faut savoir qu’il y a beaucoup de contraintes, de temps, de budget, de casting etc. Donc l’idée est de faire le meilleur projet possible avec les contraintes qui sont données.



© Stefan Rappo - Série '' Room 42 '' - Romane

© Stefan Rappo - Série '' Room 42 '' - Nathalie


Quelles réactions, émotions souhaitez-vous susciter à travers cette série ? 
Ma première idée était de partager mon enthousiasme pour les gens atypiques et de montrer qu’on a pas besoin d’une top-mannequin pour faire un beau projet. 
Toutes les personnes que j’ai shootées pour cette série je les trouve vraiment très-très belles. Je me souviens très bien d’Alain, l’un des modèles qui était sur le shoot et qui n’arrivait pas à comprendre pourquoi il était là, pourquoi il avait été choisi pour ce projet car sa soeur n’arrêtait pas de lui dire qu’il était trop gros. Mais pour moi, il était incroyable, physiquement et de par son caractère, comme plein d’autres modèles qui ont participé à ce projet.
Après je ne suis pas un militant. Je fais ce genre de projet parce que j’y crois vraiment et que j’ai envie de créer quelque chose. Par contre je n’ai pas envie d’aller faire du porte-à-porte pour aller convaincre les gens de ce qui est bien ou pas (et encore une fois ce ne serait que mon propre avis). 



© Stefan Rappo - Série '' Room 42 '' - Alain


''Mutterliebe'' - signifie Amour Maternel en allemand. Vous avez construit cette série à la manière d’un polar sombre et surprenant… quelle est la genèse de ce projet ?
A la base j’avais envie de refaire un projet cinématographique comme "Room 42", mais cette fois-ci avec une vraie histoire. J’ai donc commencé à développer un scenario avec des personnages et en parallèle j’ai commencé à travailler sur le casting qui est pour moi un élément clef pour ce genre de projet. C’est vraiment très passionnant, car tous les jours on ajoute un élément et on continue à développer. Comme sur "Room 42" j’ai aussi travaillé avec Lola D’Haese, sur des grands projets c’est un avantage de bosser à deux, voir en groupe, car il y a énormément de travail. 
J’avais repéré un lieu parfait pour mon histoire et après le repérage nous avons fait le “fine tuning”.  Le titre est venu plus tard, mais j’en suis assez fier car il va parfaitement avec l’histoire. En Allemand ca sonne encore plus fort et puis j’aime bien “Mutterliebe” parce que ça peut être positif et négatif. Quand l’amour maternel devient excessif et possessif, comme dans mon histoire, c’est négatif. 



© Stefan Rappo - Série '' Mutterliebe ''
© Stefan Rappo - Série '' Mutterliebe ''

© Stefan Rappo - Série '' Mutterliebe ''

© Stefan Rappo - Série '' Mutterliebe ''


Quelle place le 7eme Art occupe-t-il dans votre travail ?
J’aime beaucoup le cinéma, mais je ne suis pas non plus un fanatique. Je suis très sensible à un certain genre de films et d’univers, notamment celui des frères Coen. J’adore leurs histoires absurdes, leur humour et leur casting. Je n’aime pas trop les films trop “réels” et je préfère largement les fictions. On peut aller beaucoup plus loin et faire ce qu’on veut, il n’y a pas de règles à suivre. Aussi je trouve que la fiction permet de sortir du quotidien, ce qui fait un bien fou. Par exemple, je ne comprends pas qu’un grand nombre de français se retrouvent au cinéma pour regarder des films en français dont l’histoire est la vie des français. 


 
''Mutterliebe'' - Stefan Rapp 


Et quelle passerelle établissez-vous avec votre pratique photographique ?
Je m’inspire surement de certains films, mais sans plus. Il y a quelques captures d’écrans sur mon ordi prises à partir de films qui me donnent des idées de scènes ou de rendus. 
 
Pouvez-vous nous parler de votre série "Modern Family".
Comment ce projet a-t-il vu le jour et qu’avez-vous souhaité exprimer à travers celle-ci ?
“Modern Family” est un projet un peu different. A la base Soon Magazine voulait réaliser une histoire et travailler avec moi la base de “Room 42”. On avait peu de temps pour le préparer et qu’un seul jour de shoot avec une contrainte de lieu. Même si je suis assez content du résultat, ce projet reflette moins mon univers que mes autres séries. Encore une fois, les contraintes sont selon le projet plus ou moins importantes :).


 © Stefan Rappo - Série '' Modern Family '' 


Vous avez réalisé un livre ’"Visages de la Photo", qui regroupe des portraits de personnes travaillant dans la sphère photographique. Pourquoi avoir réalisé ce projet de livre à cette étape de votre parcours ?
Quand j’ai commencé ce projet, je venais à peine de sortir de l’ETPA, une école de photo à Toulouse. En troisième année notre prof Pierre Barbot nous à fait découvrir le calotype, une vielle technique photographique dont j’étais complètement tombé sous le charme. Donc avec ce rendu à la clef, il me fallait une idée pour le mettre en oeuvre, et comme j’ai bossé à l’époque comme assistant de plateau au studio Pin Up, j’avais le lieu et aussi en quelque sorte les “visages de la photo” à disposition. 


 © Stefan Rappo - Série '' Visages de la Photo '' - André Chelly 
© Stefan Rappo - Série '' Visages de la Photo '' - Bob Vallois
© Stefan Rappo - Série '' Visages de la Photo '' - David Bailey 


Qu’est-ce que ce projet représente pour vous ? 
Pour moi c’était le premier gros projet que j’ai finalisé jusqu’à arriver à un livre. J’ai photographié plus que 100 personnes pendant plus d’un an et j’ai résolu quelques casses têtes techniques. Donc même si mon style a surement évolué depuis, il restera mon premier gros projet qui m’a donné l’envie d’en faire d’autres et qui qui m’a montré qu’avec de la persévérance on peut y arriver. 


 © Stefan Rappo - Série '' Visages de la Photo '' - Herve Sauvage


Quels sont vos projets en cours ou à venir ? 
En ce moment j’ai un poste qui me prend beaucoup de temps et avec lequel j’ai du mal à planifier des gros projets. C’est pour cela je travaille plutôt sur des petits projets, surtout des nus qui demandent moins de préparation, mais qui me passionnent aussi énormément.
Mais plus tard j’aimerais bien me remettre à raconter des histoires avec mon appareil photo. 


© Stefan Rappo - Série '' Visages de la Photo '' - Karin Westerlund
© Stefan Rappo - Série '' Visages de la Photo '' - Vi Sapyyapy
 
 
RETROUVEZ STEFAN RAPPO :

    • 2016-06-13 13:28:00
    • 2 025 views
  • Tags - #cinema #photographie #portrait #photography #mise en scène #meurtre #fiction #scénario #atypique # photographe #Stefan Rappo #mannequin Wanted #calotype #amour maternel
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI