Les clichés hauts en couleur du photographe Téo Jaffre

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


''Je suis heureux de mon travail quand le spectateur sourit, grimace, rit, fronce les sourcils, pose des questions'', nous confie le jeune photographe-vidéaste Téo Jaffre. 
En mettant en scène son entourage, Téo créé des images décalées, engagées, parfois dérangeantes et toujours esthétiquement colorées.
Une chose est sûre, ses clichés excentriques ne laissent pas le spectateur de marbre. Interview !


© Téo Jaffre - Sur le Trône


Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours : comment ton intérêt pour la photographie a-t-il vu le jour & de quelle manière s’est-il développé ?
Quand j'étais petit, j'estime aux alentours de mes 10 ans, ma mère adorait nous photographier avec ma soeur et nous mettre en scène avec son appareil photo argentique. Un jour, elle m'a prêté son appareil, je me suis alors essayé à la photographie. Je me souviens qu'elle disait à ses proches que je savais prendre des photos, je pense que de là, j'ai eu envie de faire plus, de faire mieux.
De fil en aiguille, avec la venue du numérique, j'ai eu mon premier appareil photo numérique à Noël quelques années plus tard. Et depuis je n'ai jamais lâché mon appareil photo. Puis j'ai découvert les logiciels de retouche photo et cette possibilité de m'exprimer à l'infini. J'ai évolué à mon rythme, principalement avec Internet, et aujourd'hui on retrouve chacune de mes photos, une même "patte", je pense que j'ai trouvé "mon style, un univers".
 
Quelle est l’origine de ton énergie créatrice, tes sources d’inspiration ?
Je fonctionne beaucoup en improvisation... Généralement je ressens le besoin de faire une photo, partant de là, j'analyse ce qui m'entoure et essaie de créer une image parfois en partant de rien. Si je suis seul, je fais un autoportrait, si je suis accompagné, je mets en scène les gens qui m'entourent. Je n'ai pas vraiment d'inspiration, c'est le Feeling...


© Téo Jaffre - Et Dieu Créa la Saucisse aux Lentilles
© Téo Jaffre - Presque à Poêle


Comment décrirais-tu ton univers en quelques mots ? 
Je peux décrire mon univers au travers des nombreuses remarques que l'on a pu me faire. Je dirais que je crée des images décalées, engagées, parfois dérangeantes mais esthétiquement colorées. 


© Téo Jaffre

 
Tu expliques qu’au-delà des idées que tu souhaites faire passer, ce sont des histoires que tu aimes partager.
Peux-tu nous parler de tes thèmes, sujets de prédilection ? 
Une photo c'est sympa, une photo c'est facilement "jolie". Mais ce qui me fait vibrer, c'est une photo qui me fait ressentir une émotion. Sur mes clichés apparaissent toujours des êtres humains, je ne suis pas inspiré par notre belle nature ni par un objet sans vie. J'ai besoin d'une âme, d'une expression pour m'exprimer. Parfois, c'est un sujet d'actualité qui peut attirer mon attention, je vais essayer de le détourner, me ré-approprier ce thème d'actualité.
Sinon mes sujets de prédilection, je dirais que c'est surtout la nourriture... C'est coloré et ça peut se mettre en scène de mille manières. J'aime beaucoup les personnes atypiques, elles sont toutes belles à leur manière.


© Téo Jaffre - Kenchita
© Téo Jaffre - J'ai Bu le Thé avec Jacky Gaultier


On te retrouve dans de nombreux clichés… peux-tu nous expliquer ce choix ?
J'ai souvent des idées farfelues, et au début ce n'était pas évident d'expliquer pourquoi je voulais faire telle mise en scène, on ne voulait pas, on me trouvait bizarre. Aujourd'hui, même si les gens s'ouvrent plus à l'art, il reste difficile pour eux de ne pas se trouver beau sur une image, et certains déclinent des sujets qui me tiennent à coeur.
En prenant le parti de me mettre en scène moi-même, je n'ai aucun frein. Je peux être ridicule, je peux être moche ou drôle, je ne crains pas les jugements, j'ai beaucoup d'auto-dérision, je joue seulement un rôle. Pour moi c'est vraiment un moyen de m'exprimer de manière différente. De plus, je suis toujours avec moi même (rires), je n'ai donc pas de problème de disponibilité.

 
© Téo Jaffre - Magdal'Liano


Peux-tu nous raconter l’histoire de ''Magdal’Liano'' & ''Les cloches sont passées'' ?
Magda'Liano... 
C'est une histoire que j’affectionne particulièrement. Magdalena est une amie très proche que j'ai rencontré il y a 3 ans sur un shooting photo, elle est maquilleuse. On voulait sortir de ces images "Mode" clichées et simples. Ses cheveux au carré orange et son nez qu'elle qualifie de trop gros, étaient parfaits pour une série différente.
Pour ces photos, le maquillage à outrance nous a été inspiré du grand Galliano (d'où le titre). On a choisi de réaliser une première photo dans sa baignoire un peu moisie, parce que ça nous plaisait. On a ensuite utilisé le tuyau de douche comme collier, sa main ornée de bagues le met en avant et le positionne presque comme bijou précieux. Le papier d'alu fait rappel avec les couleurs argentées de la scène. J'ai choisi la photo où ses yeux étaient involontairement en train de se fermer, car c'était cette expression qui nous faisait ressentir des émotions, les autres semblaient trop classiques, moins prenantes.
Elle semble être une poupée de cire, les yeux dans le vide. Pour la seconde photo de cette série, dans le lit, c'est Romain son compagnon qui s'est prêté au jeu. Ils habitent dans un petit appartement modeste et l'endroit qui leur sert de chambre accentue ce côté "primaire".
Avec un mur presque sale, des meubles modestes et une couverture polaire marron, cette image n'est pas ancrée dans le temps. C'est avec la caméra super 8 et le tablier fleurit que l'on se projette peut-être dans des années passées. Jeune couple, Magdalena semble précieuse, inateignable face à Romain renfermé sur lui même bourrelets apparents, qui tente comme il le peut, d'apercevoir un bout du téton de la belle.
Ce que j'aime dans cette image, c'est que chacun peut en faire son interprétation... Certains peuvent penser que la demoiselle est payée pour ses services, d'autres interprètent le maquillage comme des coquards. Cette image raconte une histoire, à chacun la sienne.

Les cloches sont passées !
C'est sur un site de rencontre que j'ai rencontré Julien. Il était sensible à mes photos, et nous nous sommes donc rencontrés dans le but de faire une mise en scène ensemble. 
Je réalise une série "FoodShoot" avec de la nourriture, il avait deux lapins à disposition et on avait prévu du céleri en guise d'aliment. Le sol de son salon était entièrement recouvert de fausse pelouse, un cadre parfait pour réaliser cette photos Verte. J'ai du passer 20 minutes à courir après les lapins qui ne voulaient pas rester en place. On s'est donc concentré sur un seul pour rendre le projet possible. J'ai placé mes éclairages de sorte à faire ressortir des reliefs en couleur. Quelques fleurs trainaient et ont servi de coiffe, c'est la petite touche de couleur que j'aime bien. 
J'ai choisi une fois de plus une photo où Julien n'était pas à son avantage, il me semble que le lapin voulait se faire la malle et a engendré une grimace de sa part. Julien n'aime pas trop cette photo, mais c'est elle qui me faisait ressentir des émotions, difficile à justifier. J'ai décentré le model de manière volontaire pour enlever le côté trop "graphique" et rendre cette photo d'autant plus étrange.
Pourquoi "Les cloches sont passées"? J'ai publié cette photo pour Pâques, même si notre lapin n'était pas en chocolat, les cloches sont passées.

 
© Téo Jaffre - Les Cloches sont Passées


Tes clichés croisent humour, parodie, une pointe de cynisme… tout en faisant réfléchir. Comment se déroule la création de tes photographies - de l’idée au rendu final ?
Généralement, c'est une pulsion qui me vient. Il suffit parfois d'une matière, d'un vêtement d'une personne et hop, j'ai une envie soudaine de faire une photo. Des fois c'est quand je m'ennuie et que j’ai l'impression de perdre mon temps, je me motive pour créer plutôt que de rester les bras croisés, ça me donne l'impression d'avancer.
J'ai remarqué 3 étapes bien définies dans la création de mes photos :
 
- l'idée avant la prise de vue :
Le plus souvent je pars avec l'objectif de faire une photo très esthétique, sans toujours savoir où je vais. Je recherche un cadre, j'imagine ce qui pourrait me plaire, m'inspirer.

- l'idée pendant la prise de vue :
Une fois les éclairages positionnés (j'utilise beaucoup de filtres colorés) j'arrive à entrevoir le rendu de la photo finale. C'est le moment où j'ai le plus d'inspiration. Je tente les expressions, les positions, associe des accessoires. Entre chaque photo, j'étudie le résultat et fait évoluer celle-ci entre chaque prise de vue, en général, c'est là qu'arrive une histoire. Puis arrive le moment où je suis satisfait, je ressens que la photo est bonne pour moi.

- l'idée en post-production :
Parfois je change de direction artistique et ma photo prend une allure totalement différente au moment de la retouche. J'adore cette étape. Ce que j'aime, c'est donner un côté plastique presque irréel à mes scène avec mes personnages. Je peux jouer encore avec les couleurs, rajouter ou supprimer des éléments en fonction du résultat que je souhaite obtenir.

 
© Téo Jaffre - MAXI BEST OF
 © Téo Jaffre - '' Pédale ''
© Téo Jaffre - Les Deux Petites Cochonnes


Est-ce le titre ou la prise de la photo qui naît en premier ?
Pour ma part, ce n'est jamais le titre qui naît en premier (sauf peut-être exception). J'adore bosser en improvisation, la seule chose que je définis au préalable, c'est une trame (cela peut être une couleur dominante, une attitude, une idée à faire passer...). Le titre, c'est un peu la cerise sur la cerise sur le gâteau. Je regarde mon image avec beaucoup de recul, en essayant de me détacher en tant qu'auteur, puis j'essaie de comprendre ce qu'elle me fait ressentir. De là s'en découle un titre. Etrange comme manière de procéder je suppose.


 © Téo Jaffre - Consommation

 © Téo Jaffre -  Saucisson Jambon Annecy

© Téo Jaffre - Renard


Quelles émotions, réactions souhaites-tu susciter ?
Toutes les émotions/réactions sont bonnes à prendre (je ne parle pas des "c'est super joli" qui pour moi sont sans intérêt). Je suis heureux de mon travail quand le spectateur sourit, grimace, rit, fronce les sourcils, pose des questions. Quand mes images suscitent la curiosité j'aime beaucoup. Sur des sujets que je traite, certaines personnes se permettent de me dire qu'elles ne sont pas d'accord, c'est enrichissant de savoir pourquoi. Je pense donc que je souhaite susciter la curiosité et le dialogue. Quoi que, j'aime aussi toutes les autres émotions.



© Téo Jaffre - Jean Mich Mich
© Téo Jaffre - Steak-Frites 
© Téo Jaffre - Les Deux Petits Cochons


Parallèlement, tu es vidéaste et fais partie de l’Agence "La Boite à Clip". Quelle est l’origine de ce projet et avec qui l’as tu créé ?
La Boite à Clip c'est tout nouveau... C'est notre agence de réalisation vidéo (spécialisé dans le clip), crée avec mon super ami Pierre-Emilio rencontré sur les bancs de l'école, avec lequel on collabore maintenant depuis plusieurs années. On retrouve une grande liberté dans la réalisation de clips musicaux, les artistes nous font confiance, c'est comme une grande famille. A force de toujours bosser ensemble sur ce type de projets, on a décidé de s'associer pour proposer encore mieux avec La Boite à Clip.


La Boite à Clip • Téo Jaffre, réalisateur vidéo from teojaffre on Vimeo.



Qu’est-ce que le medium audiovisuel te permet-il d’explorer ?
Quand j'écoute de la musique, j'ai souvent des images en tête, l'audiovisuel me permet de concrétiser ce que j'ai dans la tête. Collégien, je commençais à réaliser mes premiers clips musicaux avec ma soeur, pour moi ce n'est que la complémentarité avec la Photographie, j'évolue dans les deux domaines.
La démarche vidéo est différente de la prise de vue photo, il faut se projeter au-delà d'une image fixe et prévoir une continuité, c'est intéressant, on peut moins tricher qu'en photo. Les exigences sont plus hautes pour avoir un bon rendu... on "consomme visuellement" une photo en seulement quelques secondes, pour une vidéo il faut tenir l'internaute en haleine de longues secondes, minutes.
C'est un challenge que j'adore aussi.


© Téo Jaffre - TIENS


Peux-tu nous en dire plus sur la démarche adoptée par l’agence ? 
Notre agence c'est une famille. On parcourt la France à la rencontre de chanteurs désireux de réaliser leur clip avec nous, c'est super. On s'exprime sur notre site au travers de nos réalisations personnels (sur lesquelles je me mets très souvent en scène) et on expose les commandes de clips que nous avons eu pour de nombreux artistes.
On rencontre de formidables personnes, on vit quelques jours de tournage comme entre deux parenthèses, c'est formidable.

 
© Téo Jaffre


Quelles sont tes envies, projets en cours ou à venir ?
Artistiquement, je souhaite continuer ma série #FoodShoot sur laquelle je fait poser des gens avec de la nourriture et créer pleins d'autres images. En vidéo, un peu pareil ! Il faut aussi que je m'organise pour exposer, c'est vraiment un projet qui me tient à coeur et j'ai déjà laissé filer quelques opportunités... Personnellement, mes ambitions se concrétisent et je suis le plus heureux. Professionnellement, j'ai la chance de voir grandir mes projets et peut espérer voyager encore plus !

Petit mot de la fin ?
Le ridicule ne tue pas, profitons-en putain.


© Téo Jaffre - Je t'aime à l'Américaine
 
RETROUVEZ TEO JAFFRE :
 
    • 2016-06-29 15:59:45
    • 1,946 views
  • Tags - #photographe #photographie #photography #videaste #couleurs #clips
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI