Les portraits féminins et sensuels de Dire artiste urbain

PARTENAIRES

Chercher une news

Publicité


Artiste peintre, Dire se passionne très jeune pour le dessin et développe son style autour du graffiti. Membre du Crew 132 (Marseille-Paris), il intervient auprès d’événements culturels et de projets collectifs. 
Artiste actif dans la famille du street-art depuis 4-5 ans, il déploie peu à peu son univers artistique autour de la matière, du design, du collage et de travaux sur papier toile…
Oscillant entre l'art graphique et figuratif, Dire est reconnu pour sa réalisation de portraits de femmes énigmatiques et envoûtantes, sa source d’inspiration première. Interview ! 



© Dire


Dire, pouvez-vous nous présenter votre parcours artistique d’artiste urbain en quelques lignes ?
Issu du graffiti, je viens m’inscrire dans une démarche street art depuis 4-5 ans. J’ai d’abord développé une démarche « d’affichiste » en développant des productions sur kraft, puis avec ma « campagne » c’est la crise… mangeons des pâtes. Ceci m’a permis de me mettre à des productions plus poussées sur toile et de réaliser mes premières expositions. 


© Dire

 
Quels médiums utilisez-vous  ?
Avant tout je travaille à la bombe aérosol. Ensuite sur kraft, je travaille à l’encre de chine et lavis… quand j’ai commencé à réaliser des œuvres, j’ai commencé par travailler à l’encre pour finir par travailler au marqueur acrylique se rapprochant ainsi des outils de prédilection du graffiti.
Je trouvais mon travail trop « artistique » quand je travaillais à l’encre.


© Dire 


Pouvez-vous nous en dire plus sur votre énergie créative, votre démarche et vos sources d’inspirations ?
Pourquoi avoir fait le choix d’axer votre travail sur la figure féminine ? 
Je n’ai pas spécialement de source d’inspiration précise. 
On dit de mon travail qu’il se rapproche de l’art brut. Ma source d’inspiration c’est ma vie… j’ai connu la discrimination et j’ai essayé d’en parler dans mes premières productions en réalisant des graffitis engagés et revendicatifs… depuis que je suis dans ce mouvement d’art urbain, je préfère aborder le thème de la femme pour ajouter un peu de douceur dans ce monde de brutes… et surtout pour la mettre à l’honneur. Je pense et constate que, sans la victimiser, la femme, depuis la nuit des temps, a toujours été discriminée, négligée, rabaissée, muselée,  pré-jugée, «chichisée» et je trouve que la représenter sur les murs, sur les krafts, sur les toiles, permet de la mettre en valeur, une chose non négligeable en ce début de 21ème siècle.
Je rajoute souvent comme « signature » des insectes… nécrophages le plus souvent. Ces détails sont là pour rappeler le côté éphémère… de la beauté de la femme et à la fois du street art. 


© Dire


Des évènements ont-ils marqué votre parcours ? 
En me mettant au kraft et au collage, j’ai connu un virage significatif. A la fois sur le support utilisé, qui m’a amené à réaliser des productions sur toile, mais aussi sur le thème abordé : la Femme. Avant ça, dans le graffiti la femme était plutôt un objet cliché… "bimbo aux gros seins et gros c*l". Par conséquent j’en faisais très peu… trop discriminant à mon goût. Depuis et grâce à ce virage mais aussi avec le temps et l’évolution, j’ai réussi a passer outre. 


© Dire


Avez-vous une citation favorite qui nourrit votre travail ?
"Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elle suscitent d'émotions." Alfred Hitchcock


© Dire

 
RETROUVEZ Dire :
    • 2016-07-22 10:03:43
    • 2 581 views
  • Tags - #paris #street art #portrait #graffiti #marseille #femme #crayon #pinceau #art urbain #Dire 132 #crew 132
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI