"Mystère", un nouvel album torride pour LA FEMME

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité



C'est sous le grand soleil parisien que nous recontrons le groupe La Femme au détour d'une conférence de presse chaleureuse. La formation originaire de Biarritz est venue poursuivre sa tournée des festival au domaine de Saint Cloud, pour le festival Rock en Seine. Malgré une programmation déjà variée, La Femme était l'un des groupes les plus attendus de cette 14ème édition. Une semaine avant la sortie de leur 2ème album, l'engouement autour du projet est palpable, et la tournée mondiale qui attend le groupe le démontre. A l'image de "Sphynx", cet album est pop, 60's, rock electro et d'une maturité exceptionnelle.   

La Femme nous a accordé quelques instants, avant de monter sur scène... 

 


Mystère, Nouvel album disponible sur iTunes


 

Faire Rock en Seine, c'est aussi excitant que de faire les premières parties de Red Hot Chili Peppers ?

Oui, grave, carrément c'est rock ! C'est du gros volume de gens, donc déjà ça c'est cool. Il y a autant de pression pour les 2. Là, il va y avoir un énorme public parisien pour nous, beaucoup de pros et la sortie de l'album dans une semaine donc il y a de la pression. Pour les Red Hot, pareil, il faut assurer devant 20 000 Personnes et il faut qu'ils soient fiers de notre show.



© Christophe C - Rock en Seine


 

Est-ce qu'il est question de surfer sur le public ce soir ?

Non, pas cette fois (ndlr : il y a 3 ans, un des membres de La Femme avait surffé sur le public). En fait, Sacha a dit qu'on l'avait déjà fait et que ça ne servait à rien de le refaire.

 


© Harcourt

 

A une semaine de la sortie de l'album, c'est un peu la pression ?
Nous avons l'impression que cet album a mis longtemps à arriver....

Oui, un peu mais pour d'autres trucs. Par exemple, là on vient de les recevoir et il y a des fautes dans le livret, dans la mise en page, il manque des logos qu'on avait mis. Ça va presque être des collectors du coup... Il méritait d'être encore dans la couveuse un petit peu, on a préféré retarder le tout de 6 mois pour être sûrs que la musique nous plaise vraiment. C'est délicat quand tu finis et que c'est gravé, tu ne peux plus revenir en arrière. Et même là, encore aujourd'hui, on a des trucs à redire sur l'album mais c'est trop tard. Là on est déjà allé très très loin donc c'est cool.


 


 

Est-ce qu'il est possible de revenir sur certains mots, lors du live par exemple ?

Oui, bien sûr. Des fois on a des chansons, on sent qu'elles sont vraiment super, mais on peut les rater sur un disque. Il y a le premier jet de la démo qui est là, et des fois le refaire, c'est moins spontané donc on peut rater des morceaux.
Le live peut être en quelque sorte une seconde chance pour les faire bien. Parfois, on s'aperçoit que pour certains artistes ce sont leurs morceaux live qui étaient plus connus. Par exemple No Woman No Cry de Bob Marley ou la Bombe Humaine de Téléphone. Là il y a certains trucs que j'ai un peu modifié, même des structures qu'on a un peu modifiées. On se laisse le choix. D'ici un an, quand on les maîtrisera vraiment bien, on essayera de faire un album live.

 


© Harcourt

 

Ré-arranger vos anciens morceaux, c'est aussi une façon de ne pas se lasser en les jouant ?

Oui exactement. Sinon c'est vrai que refaire tout le temps les même morceaux de manière mécanique, ça nous rend triste un peu et ça nous fait agir comme des robots. Il n'y a plus de spontanéité. Pour nous c'est un bol d'air frais cet album parce que ça nous permet de nous renouveler sur scène.

 

Est-ce qu'il y a des chansons que vous jouer d'abord en live pour les enregistrer ensuite ?

Non, mais on aimerait faire ça plus tard pour faire des albums live. Le classic rock où ils enregistraient le basse/batterie en même temps, il n'y avait pas tellement de clic etc… On aimerait bien faire ça un jour, mais pour ça il faut répéter beaucoup beaucoup pour être vraiment carré.

 


 

Aujourd'hui vous êtes dans quel état d'esprit juste avant la sortie du 2ème album ?

On est sereins parce qu'on est confiants sur la qualité du produit qu'on livre aux auditeurs. Ça, il n'y a aucun souci. Après c'est beaucoup de pression avec la promo etc… 
Même s'il ne plaît pas, le principal c'est qu'on soit fiers de l'album, et c'est le cas. Pour nous tout est cool, la pochette est cool, la tournée se met en place. Après pour nous, c'est du boulot maintenant parce qu'on a beaucoup de répétitions pour le live, de la promo, il faut qu'on intègre les nouveaux morceaux très vite, c'est assez compliqué. C'est une période assez intense.

 

 

 

Ce matin, vous avez sorti le clip de « Septembre ». Comment travaillez-vous vos clips ?

En général on écoute beaucoup les morceaux, comme ça on note les images qu'on a dans la tête. Après on essaye de les retranscrire le plus fidèlement possible. "Sphynx" par exemple, c'était un délire où la vision était forte et on essayé de la retranscrire le plus possible. Pour ça il fallait beaucoup de moyens.
Pour « Septembre » ou « Où va le monde », heureusement, on a pu se débrouiller pour que cela ne coûte pas grand chose. Comme on avait mis tous nos moyens dans « Sphynx », tous les prochains clips que vous allez voir, ça va être des clips No Budget quoi (rires). Achetez notre disque !


 

 

C'est pour ça, grosse tournée mondiale ?

Oui, en Amérique du Sud, Amérique du Nord, en Australie, en Europe… 

 

Qu'est-ce qui plaît à votre public hors France ?

Le son qu'on fait bizarrement, il n'y en a pas tellement. En Angleterre, c'est vraiment la brit pop, mais tu n'as pas trop le côté 60's français à la Serge Gainsbourg, Françoise Hardy, Dutronc. Même le Yéyé que t'écoutais à l'époque, c'était une copie de ce qui se faisait dans les 60's mais ça restait français, tu n'avais pas vraiment ce genre d'arrangement et d'orchestration aux Etats Unis. Là on s'est aperçu qu'ils écoutaient de plus en plus de musique Yéyé française. Ils sont déjà préparés. Ils n'ont pas trop cette musique en live, donc on est un peu spéciaux là bas… c'est cool, ce n'est pas le 50ème groupe comme ça qu'ils voient.


 

© Christophe C - Rock en Seine


 

Et votre look compte aussi ?

Oui, ça compte. Des fois aux Etats Unis, on adore porter des bérets, des marinières, et pêter un câble quand il n'y a pas de baguettes de pain. Après ça compte en règle générale. Nous on est des gens qui adoront être lookés. On a été influencés par des groupes qui ont été eux-mêmes très lookés...

 


© Sarah Milk


 

Qu'est-ce que la Victoire de la Musique en 2014 a changé pour vous ?

Ça nous a permis pour des gens qui ne nous connaissent vraiment pas et qui ne sont pas du tout dans le même milieu musical que nous d'être reconnu. Par exemple, ça peut être ta concierge, tu lui dis que tu as eu les Victoires de la Musique, ou ta grand mère, c'est une certaine reconnaissance pour des gens comme ça. Si tu dis que tu as fais ça, ils peuvent tout de suite s'imaginer la catégorie du groupe. Ça c'était assez cool, et d'être plus crédibles. En plus on est assez jeunes, un peu foufous. Des fois on ne nous prend pas trop au sérieux. Quand t'as les Victoires de la Musique, on ne te donne pas un chèque, t'as juste le prix. Après on a fait une pub pour Renault entre temps. Et la victoire a sûrement joué pour ça, et là ça nous fait plus de moyens pour enregistrer notre album.


 


© jf Julian


 

Sur la tournée, il y a une date que vous attendez particulièrement ?

Rock en Seine, les premières parties des Red Hot et le Zénith le 27 janvier !

 

<< Propos recueillis à la conférence de presse du 27 août 2016 au festival Rock en Seine. >> 


 

"Mystère", nouvel album disponible sur iTunes

 

SUIVEZ LA FEMME SUR : 

Facebook
Twitter
Youtube

LA FEMME EN CONCERT :

17.09 • Festival Levitation France Angers
27 & 28.09 • Barclaycenter Madrid (w/ Red Hot Chili Peppers)
30.09 • Le 106 Rouen
01.10 • Festival Détonation La Rodia Besançon
02.10 • Palau Sant Jordi Barcelone (w/ Red Hot Chili Peppers)
05 & 06.10 • Hallenstadion Zurich
07.10 • Le Temps Machine Joué lès Tours
08.10 • Unipol Arena Bologne (w/ Red Hot Chili Peppers)
10 & 11.10 • Pala Alpitour Turin (w/ Red Hot Chili Peppers)
12.10 • Nancy Jazz Pulsations
13.10 • Parks&Suites Arena Montpellier (w/ Red Hot Chili Peppers)
14.10 • Stéréolux Nantes
15, 16 & 18.10 • AccorHotels Arena Paris (w/ Red Hot Chili Peppers)
24.11 • La Belle Electrique Grenoble
25.11 • Le Rockstore Montpellier
26.11 • L'Omega Toulon
27.11 • L'Espace Julien Marseille
01.12 • Le Tétris Le Havre
02.12 • L'Orange Bleue Eaubonne
08.12 • Les Docks Lausanne
09.12 • Le Transbordeur Lyon
15.12 • L'Aéronef Lille
19.01 • La Médoquine Talence
20.01 • La Coopértive de Mai Clermont Ferrand
25.01 • Le Bikini Ramonville Saint Anne
26.01 • La Sirène La Rochelle (w/ Red Hot Chili Peppers)
27.01 • Zénith de Paris

 

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2017-04-14 16:22:26
    • 4,039 views
  • Tags - #rock en seine #nouvel album #la femme #sphynx #ou va le monde #deuxième album #red hot chili peppers #zenith de paris
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI