#2, la nouvelle boom façon garage de KAVIAR SPECIAL

PARTENAIRES

Vous désirez communiquer
sur Artist Up ?

Etablir un partenariat
pour votre évènement ?

Contactez nous !

Chercher une news

Publicité


Alors que Kaviar Special vient de terminer son set sur la scène de l'Industrie, nous les retrouvons au coin presse du festival Rock en Seine. Les 4 protagonistes de la scène garage rennaise sont venus défendre leur 2ème album dans ce haut lieu du rock'n'roll français. Parfois garage, parfois psyché, parfois pop, ce deuxième album est une véritable image de la scène rennaise actuelle, dans laquelle des groupes comme les Madcaps ou les Sudden Death of Stars partagent le même local de répétitions. Cette proximité créé une réelle effervescence que l'on ressent dans les productions de chaque projet. 

Nous avons rencontré Kaviar Special, Vincent (guitare), Adrien (basse), Léo (guitare) et Jeremy (batterie), qui nous parlent du deuxième album, de la scène garage et de la tournée à venir.
Nous les retrouverons notamment sur la scène du festival Rock in The Barn le 24 septembre (EVENEMENT FACEBOOK). 

 

 
#2 disponible sur Beast Records

Est-ce que vous étiez festivaliers à Rock en Seine avant ?

Non, c'est la première fois qu'on vient ici. On avait un peu des à priori comme la prog est plutôt mainstream. Ça brasse assez large, c'est un peu plus mainstream que les autres festivals qu'on fait. En fait c'est vraiment à la cool, ce qu'on apprécie, c'est que c'est vraiment pensé pour les festivaliers. Il y a beaucoup d'espaces où tu peux te poser, être tranquille. C'est vraiment agréable, tu ne vois pas ça partout.

 

 

C'était pas trop compliqué d'ouvrir la journée, surtout sous cette chaleur ?

On a eu des doutes, on s'est dit, « on va commencer, il n'y aura personne etc… », après on a regardé la vidéo de Theo Lawrence & The Hearts sur Culture Box la veille, en direct et on a vu qu'il y aurait du monde. Du coup on s'est dit qu'il y aurait du monde pour nous aussi, on a fait des pompes, des abdos et tout ça ! Le truc le plus dur, c'était la chaleur. Il fait chaud donc tu souffres physiquement de la chaleur, et puis les guitares n'arrêtent pas de se désaccorder, du coup tu te demandes toujours si tu es bien accordé ou pas… mais ça n'enlève rien au fait que c'était super cool !

 


© Attic Video

 

Vous venez d'une scène rennaise assez fournie. Cette effervescence a-t-elle contribué à votre développement ?

Oui complètement, ça a créé une sorte de concurrence tu vois, en plus nous on est les précurseurs de cette scène. De 1, on est les précurseurs de tout, de 2, on est meilleurs qu'eux on joue mieux et voilà ! (rires).
On répète tous dans le même local qu'on a construit, avec les Sudden death of Stars et avec les Madcaps donc oui, le fait qu'il y ait une effervescence à Rennes et qu'on soit tous des groupes d'à peu près la même envergure, ça contribue au développement de tout le monde. On s'est tous regroupés pour dire « on va arrêter de payer des frais de répètes et on va construire un local à nous ».
Avant ça, on avait fait plusieurs dates ensemble, on va ensemble aux concerts, on se voit souvent. Moi j'ai joué avec les Madcaps pendant 2 ans… Au début on a croisé ces gens aux concerts, aux nombreux évènements qui sont organisés sur Rennes, directement le courant est passé et c'est devenu nos potes avant même la création des groupes. Tout le monde se connaît et tout le monde monte des groupes avec tout le monde etc… 

 

 

Madcaps et Kaviar Spécial on tourné ensemble, toi tu faisais double date ?

Vincent : Oui, je faisais double set oui ! On a fait 2 tournées Kaviar Special / Madcaps et tous les soirs il jouait deux fois. Quand ton premier set se termine et que t'as encore trop envie de jouer, moi, bam, je remettais ça. Je laissais ma guitare branchée, je voyais les autres partir boire des bières.
Adrien : Quand Kaviar jouait en deuxième, il était bien chaud des Madcaps donc c'était cool aussi même s'il était dèg de pas aller boire des bières avec les Madcaps.

 


© Olivier Hoffschir • Rock en Seine 2016

 

Il y a des groupes avec lesquels vous aimeriez tourner aujourd'hui ?

Volage par exemple, ils sont de Paris. D'ailleurs j'ai un super tote bag Volage que j'ai volé à ma meuf ! C'est des gars qui sont basés à Paris mais qui viennent de la région de Tours. Ils viennent du garage mais ils ont évolué vers plein d'autres choses. Ils sont bien cools, c'est des super potes, on a fait pas mal de dates avec eux.
On a voulu faire une tournée avec eux, mais faire des tournées à 2 groupes c'est un peu difficile parce qu'on fait le booking nous même. Et quand tu envoies des mails partout en Europe, en disant qu'on est 2 groupes, ça veut dire 2 cachets, 2 hébergements, 2 repas donc les programmateurs sont beaucoup plus réticents. Alors qu'un seul groupe, ils mettent une première partie locale, il y a moins de gens à héberger etc… Généralement quand on tourne à 2 groupes, il n'y a que 10 personnes qui se pointent. Imagine, en plein milieu de l'Allemagne, on est 2 groupes rennais que personnes n'a jamais écouté dans la ville donc c'est dur… c'est vraiment hyper cool.

 

© Yves Drillet

 

Et tourner avec un groupe de plus grosse notorité… ?

Ha oui, bah tu nous proposes de tourner avec Thee Oh Sees on dit oui ! Tournée avec Airbourne aussi carrément, moi je remplace le batteur tout de suite, je me fais plaisir ! On serait vraiment contents d'avoir un plan pour un support de Thee Oh Sees ou Ty Segall en France. On a jamais fait ça encore. Nous on n'a jamais fait ce genre de choses, on a déjà fait des premières parties mais c'était pour une seule date.

 


© The Attic Video

 

Vous avez sorti votre deuxième album au Point Ephémère, est-ce que la soirée s'est bien passée ?

Oui super bien, on a fait ça sur le pont du 8 mai. C'était le 7, un vendredi, le jeudi était férié, donc on pensait que tous les parisiens allait déserter la capitale, et au final pas du tout. Beaucoup de gens étaient présents et la soirée s'est super bien passée. On pensait faire un bide mais non. C'était un bon crash test pour nous, on a pu voir si on pouvait occuper une grande salle avec une bonne capacité et à Paris. En plus cette date là, c'était la seule où on était programmés en tête d'affiche sur Paris alors que ce n'était jamais arrivé avant. Ça s'est vraiment bien passé.

 

 

Votre projet après cette album ?

On tourne beaucoup à l'automne entre septembre et novembre. On fait la promo de l'album, vu qu'il est sorti en mai, la promotion se fait 2 ou 3 mois plus tard. Ça se déporte sur l'automne, par dessus ça on enregistre d'autres morceaux et on espère enregistrer au premier trimestre 2017 quelque chose de nouveau, soit un EP soit un album. On est dans une dynamique où il faut faire des trucs.

 

#2 disponible sur Beast Records


RETROUVEZ KAVIAR SPECIAL SUR : 

Facebook
iTunes 

KAVIAR SPECIAL EN CONCERT :

24.09 • Rock in the Barn Giverny
29.09 • Végétarium Café La Gacilly
04.10 • La Sirène La Rochelle
07.10 • Camji Niort
08.10 • Le Ferrailleur Nantes
11.10 • Grand Café Poitiers
12.10 • Ninkasi Lyon
15.10 • La Cave à Musique Macon
22.10 • MJC du Verdunois Belleville sur Meuse
28.10 • La Belle Electrique Grenoble
31.10 • Moloco Audincourt
03.11 • EMB Sannois
05.11 • Pavillon 108 Fumel
11.11 • La Maroquinerie Paris
12.11 • Forum Charleville Mézière
18.11 • Festival Bues sur Seine Mantes La Jolie

 

  • Saam WB
    (Owner)
    • 2016-09-23 08:59:26
    • 1,446 views
  • Tags - #rock #psyché #INTERVIEW #Artist up #rock en seine #Rennes #tournée #Kaviar special #Bruno Putzulu
  • Ajouter aux favoris

Photos

PLUS D'ARTICLES ICI